ceps de fer

Voici de nouvelles sculptures que Gibo Perlotto, croisé il y a quelques jours au salon « art shopping« , nous a envoyées. Il s’agit de ceps de vignes, de sarments et de grappes.
C’est en fer ! Voici bien un travail extraordinaire. Merci Gibo !

grappe feuille sarments fil cepEn voici d’autres que, poussés par la curiosité, nous avons dénichées sur son site. Elles mesurent une 40aine de cms de large et pèsent chacune une quinzaine de kilos…

3stagioni 2biancoenero

dans la vallée de l’Yonne

Un petit tour dans la vallée de l’Yonne nous fait passer par Irancy, patrie de l’architecte Jacques-Germain Soufflot. Une enseigne dans ce village viticole nous alerte

enseignehosotteC’est celle de l’atelier du peintre Georges Hosotte, qui a beaucoup peint les vignes de l’auxerrois, comme ci-dessous dans ce petit village

petitvillagedebourgogneVoici aussi Vézelay sur sa colline éternellevezelay et ces vignes en automne

vignesenautomneCette transparence verticale fait cohabiter cerisiers et rangs de vigne

transparenceverticaleUn peu plus loin, rue Soufflot voici un bas relief. Un vigneron en sabots est assis sur une chaise, regardant s’écouler le jus d’un pressoir…

basreliefirancyUn peu plus loin, à Mailly-le-château, voici une curieuse fontaine.

fontaineSous un loup en pleurs, on peut y voir pampres et grappes de raisin. Un texte en latin déclare : « semper sedeat in hoc fonte lupus radibus ut consumptis lacrimis eum implat »

(que le loup enragé reste sur cette fontaine pour toujours, et verse toutes les larmes de son corps)

Il y eut en effet dans les années 1730 une bête de l’Auxerrois, comme il y eut une bête de Gévaudan, qui sema la mort en dévorant notamment des enfants. (Voir le site petit-patrimoine pour en savoir plus)
Les deux richesses de l’auxerrois, flottage du bois et vigne, apparaissent sur la sculpture d’Yves Varauguin (1992)

fontainevigne  varanguin1992 Hélas ! de vignes il n’y a plus guère à Mailly-le-château, depuis le phylloxéra… (voir la contribution de Madame Yvette Brisset, qui connut Mailly dans les années 1929)

Au GMAC à la Bastille

Voici revenu ce rendez-vous que nous avons déjà apprécié, ce Grand Marché de l’Art Contemporain (à prendre au sens propre) où plus de 500 artistes présentent leurs oeuvres dans le cadre poétique du Bassin de l’Arsenal. C’est jusqu’au lundi 4 mai.

Nous s’y sommes pas allés pour rien, nous y avons retrouvé des artistes connus comme Temim ou Pierre Rouillon ou encore Véro Van der Esch, mais nous y avons découvert plusieurs « nouveaux » qui valent la peine. Les voici.

Etonnante cette boîte de conserve de l’avignonnais Philippe Balayn ! Elle est en papier mâché.

conservedephilippbaleynMartine Gonnin nous propose ces bouteilles et verres dodelinant de la tête.martinegonninMonique Delpit s’exprime en mosaïque (on trouvera ses coordonnées ), , inspirée de mosaïques anciennes de Délos et de Sicile. Voici Ambrosia, cette ménade qui fut métamorphosée en vigne pour éviter les coups mortels de Lycurgue

ambrosia mosaiqueMartine Dechavanne signe « fauve ». En effet.

Elle nous fait évoluer dans un univers festif un peu nostalgique.fauve1 fauve2Voici Bertrand Girard qui se plaît dans les bars

un dernier verre

dernierverrele petit blanc secpetitblancsecvotre champagne mademoisellevotrechampagnePierre-Jean nous donne à boire (de grands crus) et à manger, en utilisant du bois de palette recyclé grandpuyducasse tourseranet nous fascine avec un éthylisme à la Van Gogh

auvers-doseKarine Romanelli colle et peint, évoquant un Paris d’hier, festif et bien-buvant (on dit bien bien-pensant)ruedeseine cavesmaxims moetJudy Judy Judy est une californienne de La Jolla qui fréquente assidûment notre pays, où elle trouve mainte source d’inspiration. Voici sa vida loca

lavidalocaOn a retrouvé avec plaisir Temim, il continue à nous régaler de ses personnages attablés, accoudés, conversant, trinquant, dans des attitudes de la vie quotidienneaubar aubar2 coupleatable deuxcopainsVéro van der Esch poursuit les tranches de vie et le temps qui passe dans les bars et les cafés

tranchedeviedecaféEt voici enfin une réalisation récente de Pierre Rouillon, que l’on devrait pouvoir voir dans une brasserie de l’avenue du Maine (Paris Montparnasse, près de la gare) qui l’a acquise.pierrerouillonlevirtuose

Vu à Paris

Voici quelques images rapportées d’expositions vues cet hiver à Paris.

Cette sculpture de Nikki de Saint-Phalle présente une femme allongée au pied d’un arbre, un livre sur les genoux, un verre et une bouteille à portée de la main. La femme est d’une blancheur cadavérique, l’arbre est multicolore, constellé d’objets et de masques en plastique. C’est la mariée sous l’arbre.

femmeallongeealabouteilleVa comprendre ! Véronique Meflah pose la question : n’est-ce pas l’Eve éternelle au jardin d’Eden sur laquelle se penche, tentateur et avide le Malin ? Au Grand Palais jusqu’au 2 février.

Cette « Bakxante » a été vue à l’expo Sade au Musée d’Orsay (jusqu’au 25 janvier). Prépare-t-elle un mauvais coup ?

labakxante

et ce démon à la bouteille de saké est signé Hokusai, génial dessinateur japonais dont l’expo a fermé ses portes ce dimanche 18 janvier.demonalabouteille

Vu en Provence

Cette porte à Vaison la Romaine

porteàvaison

Ce tympan de couvent en Avignon

tympanavignonEt voici un meuble qu’il était naguère d’usage en Provence, chez les gens aisés, d’offrir aux jeunes époux.

panetiere

Il servait à conserver le pain, pardi !

Celui-ci est décoré d’une scène de vendanges sculptée dans le bois.

panetierezoom

Il est en vente chez un brocanteur de Villeneuve-lez-Avignon, Intérieur Collection, où l’on peut voir aussi cette nature morte :

naturemorte

 

 

A la tienne, Etienne !

A la Closerie des Lilas, bar emblématique de Montparnasse, trône, adossée au piano, une sculpture d’Etienne : la dégustation

(On reconnaitra, au piano, le pianiste Thierry Kalifa.)

ladegustationalacloserieEtienne est un sculpteur français né en 1952 nommé Etienne Pirot.

C’est un thème qui l’a manifestement inspiré. On peut trouver sur son site plusieurs réalisations qui intéresseront aussi les lecteurs du bon clos.

En voici une, monumentale, au château Dauzac, à Margaux

la dégustation à Dauzac
la dégustation à Dauzac

Et voici des ronde-bosses en bronze, de taille plus réduite (série des Bacchanales)

la dégustation I
la dégustation I
la dégustation II
la dégustation II
tchin-tchin
tchin-tchin
cheers
cheers
la jeune fille au verre
la jeune fille au verre
A la tienne
A la tienne

A la tienne, Etienne !