Les voeux du Bon Clos pour 2023

Cette année, c’est avec la reine Elizabeth, tragiquement disparue en septembre dernier, alors que les vendanges allaient bon train dans cette Champagne qu’elle affectionnait, que le Bon Clos adresse ses meilleurs voeux à ses lecteurs.

Avec elle trinquons ! Certes, les temps sont difficiles. La guerre fait ses ravages, la corne d’abondance sonne creux. Mais le jour se lève, il faut tenter de vivre.

En ces temps de fêtes, faisons notre la devise de la Confraria Oenogastronomica de Madeira :

 » Comer e Beber e divinal ! »

Et revenons sur l’année écoulée, où nous avons pu

déguster le canelazo, ce grog équatorien célébré par une entrainante chanson,

retrouver l’origine de vieilles chansons comme « boire à la capucine », et des traditions anciennes comme cette procession des bouteilles de Boulbon,

danser le rock avec Jerry lee et son « drinking wine Spo-Dee-o-de », et avec Boris Grebenshikov, le  » Bob Dylan » russe,

voyager et découvrir les crus et le sens de la fête à Madère et en Slovénie,

retrouver ou découvrir les airs à boire du génial Offenbach, dans des opérettes comme Luc et Lucette, le rêve d’une nuit d’été, Pomme d’Api, la Belle Hélène, Vert-Vert,

apprendre de nouvelles chansons comme Buvons sec ! de Paul Avenel et Paul Henrion

visiter musées et expos comme le Magnin à Dijon, ou l’exposition Picasso à la Cité du Vin de Bordeaux…

Encore une fois, bonne année à tous !

La Chauve-souris

La concomitance de la finale de la Coupe du monde n’avait pas découragé les quelques centaines de spectateurs venus à l’Odeon de Marseille assister au spectacle donné l’après-midi du 18 décembre. Bien leur en prit ! Ils ont pu se régaler de la version française de la Chauve-Souris, mise en scène par Jacques Duparc sur le livret de Meilhac et Halévy, une Chauve-Souris facétieuse dont on pourra lire la relation d’Olyrix.

D’une comédie créée par ceux-ci en 1872 (le Réveillon), Johannes Strauss fils a fait une opérette créée en 1874 à Vienne, puis jouée ensuite à Paris… On en saura plus et le détail de l’histoire .

Il s’y trouve à la fin du 1er acte un air à boire chanté par Alfred, très empressé auprès de Caroline (madame Gaillardin). Ils trinquent, et sont rejoints par Tourillon, venu arrêter Gaillardin…

Une chance pour nous, le spectacle, joué sans public pendant la pandémie, a été filmé. Voici l’air à boire.

Si je bois un peu beaucoup, Ce n’est pas rien que par goût,
Mais l’alcool est un confort Qui brave les coups du sort.
Et ce point est établi Pour qui veut l’oubli
Qu’une douce ébriété Vaut l’eau du Léthé.

Ah ! Par l’oubli du passé Tout regret soit effacé!
Par l’oubli du passé Tout peut être effacé !
Trinquons donc, trinquer est doux
Sans orgueil et sans courroux !

Tin tin tin tin tin, goûtez ce Chambertin !
Non ! Par l’oubli du passé Tout regret est effacé !

Trinquez donc avec moi, tin, tin, tin.
Quel parfum ! Quel bouquet !
Pas un vin de mastroquet !
Quel parfum ! Quel bouquet !
Rien de mastroquet
!

Mais il ya mieux. Le finale de l’acte deux, où se déroule la fête du prince Orlofski, est une véritable ode au Champagne, chantée encore et encore à la fin du spectacle.

Versez-nous le champagne Tra la la la la la la la
Vrai vin de cocagne Tra la la la la la la la
Qu’un autre aime la guerre !
Aux lauriers je préfère
Cette mousse légère
Qui sourit dans mon verre !

Buvons ! buvons !
Si l’exemple vous gagne
Qu’un tutti m’accompagne


Sans discuter les marques Tra la la la la la la la
Fêtons nos monarques Tra la la la la la la la
Quelle que soit la cote
Qui s’abstient est en faute
Et que le bouchon saut
En l’honneur de notre hôte !

Buvons ! buvons !
Du fond de ma province
Il fallait que je vinsse
Toaster à vous mon Prince !

Vidons la coupe où jase Tra la la la la la la l
Le flot de topaze Tra la la la la la la la
Le champagne stimule
L’ardeur qui capitule
Mieux que toute pilule
C’est l’élixir d’Hercule !

Buvons ! buvons !
De votre courtoisie,
Prince, on vous remercie
Et vive la Russie !

Sa Majesté Champagne est roi !
Rangeons-nous sous sa loi !
Vive le champagne
C’est lui le vrai roi !
Hurrah ! Hurrah !
Gloire au champagne !

Voici la troupe, dont on retrouvera les noms dans le compte-rendu d’Olyrix, avec à droite le metteur en scène Jacques Duparc qui excelle aussi dans le genre comique.

On a retrouvé avec bonheur l’ami Dominique Desmons, décidément dans tous les bons coups (il était l’été dernier Ménélas dans la Belle Hélène à Bruniquel), toujours aussi impayable dans le (petit) rôle d’un avocat et aussi d’un simple serveur. Qui peut le plus peut le moins !

Les amateurs retrouveront la partition sur Gallica (aux pages 62 et 111 pour les 2 airs)

Chez Victor H

La « maison de Victor Hugo » place des Vosges n’a été habitée que 16 années par le grand homme, qui s’exila dans les îles anglo-normandes pendant le second Empire de « Napoléon le Petit », puis s’installa avenue d’Eylau qui « a pris le nom de Victor-Hugo le 28 février 1881, au lendemain du soixante-dix-neuvième anniversaire de l’écrivain. »

N’importe, cette maison abrite des collections qui méritent notre intérêt, comme cette toile de Ferdinand Roybet peinte en 1903.

Elle représente Don Cesar de Bazan, personnage haut en couleur de Ruy Blas, pièce de VH crée en 1838.

Mais que diable fait donc Don Cesar avec ce verre de vin ?

Nous le saurons en parcourant la pièce. A l’acte 4 scène 2, Don César de Bazan, noble bohème dont son cousin l’ignoble don Salluste croyait s’être débarrassé en le livrant à des corsaires, est de retour,  affamé, déguenillé, descendu par la cheminée dans la maison de Ruy Blas. Il tombe sur « un garde-manger bien garni.« 

Voyons, ceci m’a l’air d’une bibliothèque.

Il y va et l’ouvre. 

Justement. — Un pâté, du vin, une pastèque.
C’est un encas complet. Six flacons bien rangés !
Diable ! sur ce logis j’avais des préjugés.

Examinant les flacons l’un après l’autre.

C’est d’un bon choix. — Allons ! l’armoire est honorable.

Il va chercher dans un coin la petite table ronde, l’apporte sur le devant et la charge joyeusement de tout ce que contient le garde-manger, bouteilles, plats, etc., il ajoute un verre, une assiette, une fourchette, etc. — puis il prend une des bouteilles.

Il emplit le verre, et boit d’un trait.

Lisons d’abord ceci.C’est une œuvre admirable
De ce fameux poëte appelé le soleil !
Xérès-des-Chevaliers n’a rien de plus vermeil.

Il s’assied, se verse un second verre et boit.

Quel livre vaut cela ? Trouvez-moi quelque chose
De plus spiritueux !

Il boit.

Ah Dieu, cela repose !

(Vient un laquais qui apporte une sacoche d’argent qui « vient de qui vous savez pour ce que vous savez ». Ravi, Don Cesar le fait boire)

Il remplit de vin l’autre verre.

Approche, galion, et d’abord —bois-moi ça !

Le Laquais.

Quoi, seigneur !

Don César.

Bois-moi ça !

Le laquais boit. Don César lui remplit son verre.

Du vin d’Oropesa *!

Il fait asseoir le laquais, le fait boire, et lui verse de nouveau du vin.

Causons.

À part.

Il a déjà la prunelle allumée.

Haut et s’étendant sur sa chaise.

L’homme, mon cher ami, n’est que de la fumée
Noire, et qui sort du feu des passions. Voilà.

Il lui verse à boire.

C’est bête comme tout, ce que je te dis là.
Et d’abord la fumée, au ciel bleu ramenée,
Se comporte autrement dans une cheminée.
Elle monte gaîment, et nous dégringolons.

Il se frotte la jambe.

L’homme n’est qu’un plomb vil.

Il remplit les deux verres.

Buvons. Tous tes doublons
Ne valent pas le chant d’un ivrogne qui passe. ».

(*) sans doute Oropesa del Mar, près de Valence où l’on produit un moscatel

La maison de Victor Hugo présente actuellement une exposition Louis Boulanger, peintre ami du poète qui dessina les costumes de ses personnages, illustra ses œuvres etc. Nous y avons vu ce » festin à la mode vénitienne », grand panneau commandé pour la salle à manger de M. Malher 52, faubourg saint Honoré,

dont on peut apprécier certains détails

et aussi cette scène de fête intitulée « Vive la joie » ou encore « les truands », fidèle illustration de la Cour des miracles de Notre Dame de Paris (livre X chap. 3),  » ruche monstrueuse » convertie en lieux de plaisirs par les truands, qui s’apprêtent à aller délivrer Esméralda.

« Tavernière ma mie, d’autre vin ! j’ai encore de quoi payer. Je ne veux plus de vin de Suresnes. Il me chagrine le gosier. J’aimerais autant, corbœuf ! me gargariser d’un panier ! »

André Devambez au Petit Palais

Ce n’est pas un des plus grands noms de la peinture et de l’illustration, et pourtant il connait son heure de gloire par son imagination foisonnante et son humour débridé.

André Devambez 1867-1944

On peut s’en rendre compte en visitant l’exposition en cours au Petit Palais (jusqu’au 31 décembre).

Né en 1867, fils d’un graveur, imprimeur et éditeur, après les Beaux-Arts de Paris il obtient le grand prix de Rome en peinture en 1890. Il se fera connaitre comme peintre de la modernité, mais aussi comme illustrateur, dessinateur, graveur…

Voici des buveur/ses solitaires,

ou rassemblés.

Belle scène d’époque.

Cette eau-forte met en scène deux soldats buvant un coup avec une « espionne » (titre de l’oeuvre) pendant la guerre de 14.

Boire, ou ne pas boire… avec Boris Grebenchtchikov

Curieuse figure que celle de Boris Borissovitch Grebenchtchikov, « БГ », un des fondateurs dans les années 70 de la scène rock russe avec son groupe Akvarium, considéré aujourd’hui comme le grand-père du rock russe. Emule des Beatles et de Bob Dylan, compositeur prolifique,  « le plus grand poète-chanteur en langue russe vivant »  s’est intéressé aux philosophies orientales, et vit actuellement entre Paris et Londres quand il n’est pas sur la route avec son « never ending tour » à la mode dylanienne.

Ces jours-ci il chante à Marseille au théâtre Toursky (le 4),

et les 12 et 13 décembre il sera au Studio de l’Ermitage à Paris.

Avec la fougue de la jeunesse il a chanté la bière bien fraiche (Холодное пиво) : Album Арокс и Штёр  1982-86 )

Quelques années plus tard, il chante encore cette chanson, avec moins de fougue peut-être.

Les années passent, voici Gertrude (Album : Кострома Mon Amour, 1994).

Un cheval à tête de femme parcourt la ville, quelqu’un lui dit : « Ne buvez pas de vin Gertrude, boire n’embellit pas les femmes. A te saouler tu ne feras que dégoûter tes compagnons et amis. Accroche toi à l’ancre, elle ne te lâchera pas. Et si tu comprends que le Samsara est le Nirvana, alors toute tristesse passera. »

On pourrait croire la chanson inspirée par Hamlet (Gertrude, mère d’Hamlet, boit le vin destiné à empoisonner son fils). Cette splendide animation fait plutôt référence au Pays des Merveilles de Lewis Carroll

Не пей вина, Гертруда, Пьянство не красит дам. Напьешься в хлам – и станет противно Соратникам и друзьям.

Dans cette chanson, il est déconseillé aux femmes de boire. Quant aux hommes….

Dans les années 2000, le ton change, avec l’album Беспечный русский бродяга (le Vagabond russe insouciant ) paru en 2006, avec trois chansons mettant en scène le buveur insouciant, l’alcoolique obstiné (стаканы : les verres) et l’adulte résolu à s’en sortir (Мама, я не могу больше пить : Maman, je ne peux plus boire).

Мама, я не могу больше пить : Maman, je ne peux plus boire

Maman, je ne peux plus boire, Les patriotes diront que je suis faible, que je trahis ma patrie…
Mais je ne veux plus vivre dans le mensonge..
Le démon Alcool est à chaque porte

 Беспечный русский бродяга : le vagabond russe insouciant

Je suis un vagabond russe insouciant.
Depuis les rives de la Volga
J’ai mangé ce qu’on m’a donné et bu ce que Dieu m’a donné.
Aux chants du rossignol et du loriot.

J’ai bu à Saint-Pétersbourg et j’ai bu à Moscou.
J’ai bu à Kostroma et à Ryazan.
J’ai bu du Lagavulin et j’ai bu du Lafroig.
J’ai pris de l’herbe et des champignons…

Je me souviens que j’ai été tenté par un démon.
J’ai été tenté, bien sûr, mais je n’ai pas cédé.

Où que j’aille, il y a l’Eden tout autour.
Car je suis un vagabond russe insouciant.

Cтаканы : les verres

Ну-ка мечи стаканы на стол…
Все говорят, что пить нельзя,
А я говорю, что буду.

Jetez les verres sur la table. ..
Ils disent tous qu’ils ne faut pas boire,
mais moi je dis que je boirai.

Tôt le matin, quand il fait encore nuit
Et que tout le monde est encore au lit,
Pour savoir où aller,
Et comprendre pourquoi,
Descends tes cent grammes de vodka 
Et tu atteindras tes objectifs.

« БГ » a écrit des centaines de chansons, on trouvera leurs textes, avec des traductions en anglais, français, etc. sur le site lyricstranslate.com

Le calendrier des concerts est sur bg-aquarium.com/en/concerts

Pour aller plus loin : voir ici un article sur le rock en Russie

Les trois tailleurs (comptine alsacienne)

Es reiten drei Schneider wohl über den Rhein… Trois tailleurs au bord du Rhin…

Voici une comptine exhumée par l’ami J.C. Keck. Est-elle vraiment alsacienne ? Sans doute, mais pas que, et elle existe sous diverses variantes dans toute la vallée du Rhin.

C’est l’histoire de trois tailleurs (ou de jeunes gens, des cavaliers..) désargentés, qui s’arrêtent dans une auberge car ils veulent boire du vin, qui font des tours de magie à l’aubergiste lequel, pour les remercier, leur offre un dé à coudre de vin.

En voici une version dans un recueil paru en 1852 (Des Mägdleins Dichterwald: Stufenmäßig geordnete Auswahl deutscher Gedichte …);

On trouvera une autre version plus facile à lire sur www.lieder.net

Le texte serait de Ludwig Uhland (vers 1840) et la mélodie de Friedrich Silcher, apprend-on sur le site deutscheslied.com

On pourra l’entendre dans ce pot-pourri de chansons à la gloire du vin du Rhin, à 4mn:58s

Bacchanales classiques

« Charmant Bacchus, dieu de la liberté, tu nous permets de rire ».

Cette citation tirée du Platée, ballet bouffon de J.Ph. Rameau, résume bien l’intérêt pour la mythologie et singulièrement pour Bacchus, des classiques depuis la Renaissance.

Les Bacchanales, les voyages et aventures de Bacchus (retour des Indes, rencontre d’Ariane, etc.) sont un sujet central de l’art du 17ème siècle où elles offrent un espace de liberté. Car « ces sujets d’origine antique, donc respectables, permettaient d’aborder des thèmes difficiles pour des raisons de morale ou de décence : le rire grotesque, la débauche, l’ivresse. »

C’est ce qu’a voulu expliciter Philippe Malgouyres, Conservateur en chef du Patrimoine au Louvre, lors d’une conférence donnée au Musée du Vin de Paris le 13 novembre dernier.

Après un rappel historique sur les cérémonies bachiques importées à Rome depuis la Grèce, célébrées nuitamment dans les bois, les participants ont eu le privilège de voir sur grand écran une sélection d’oeuvres des plus grands peintres,  depuis  les italiens Mantegna,

Bacchanale à la cuve, plaque gravée, Mantegna, vers 1458

Bellini, Titien,

Bacchanale des Andriens, Titien vers 1526

Carracci… 

Triomphe de Bacchus, voûte du Palais Farnese, Carrache,1595

jusqu’à Rubens et Poussin, lequel se détache singulièrement, avec son cycle de bacchanales, commande du Cardinal de Richelieu…

la grande bacchanale (bacchanale à la joueuse de guitare, N.Poussin vers 1628)
bacchanale devant une statue de Pan, N.Poussin, vers 1631

Les sarcophages antiques aux riches bas-reliefs sont la source majeure d’inspiration.

On retrouve les thèmes du triomphe de Bacchus, rentrant victorieux d’Orient, accompagné de son fidèle Silène quand ce n’est pas le dieu Pan, Priape ou Venus, ou rejoignant Ariane à Naxos, entouré de ces « putti » (petits enfants) vendangeurs, de bacchantes dénudées, de faunes et de satyres entreprenants.

Le thème des bacchanales ne s’arrête pas à l’époque classique. Il en est de modernes, comme on a pu le voir à Bordeaux il y a quelques années avec l’exposition le vin et la musique à la Cité du Vin en 2018), ou celle intitulée les bacchanales modernes au Musée des Beaux Arts en 2016. On peut voir aussi des putti vendangeurs sculptés sur des immeubles fin 19ème-début 20ème , un peu partout à Paris.

Signalons pour terminer une exposition Poussin et l’Amour, qui comprendra un volet Picasso Poussin Bacchanales. Elle vient de commencer au Musée des Beaux Arts de Lyon (jusqu’au 5 mars, voir le dossier de presse).

King Arthur

C’est une version rafraichissante du »semi-opéra » de Purcell, bien connu pour sa scène du froid mais pas que, que l’on peut voir ces temps-ci à l’Opéra de Versailles.

Le spectacle, dirigé par Hervé Niquet et mis en scène par Dino et Shirley, tourne depuis des années et fait penser aux Monty Python ou mieux, à Kameloot ! Hervé Niquet s’explique (texte complet là) :

« Lorsque j’ai décidé de remonter le King Arthur avec Le Concert Spirituel, il a fallu faire un choix : en effet, la partie musicale de cette oeuvre ne représente qu’un tiers de l’ouvrage original. Ce n’est qu’un commentaire disséminé tout au long de la pièce de Dryden, ce qui explique, si on lit le livret, le peu de rapport existant entre chaque tableau de ce King Arthur. J’ai préféré ne conserver que la musique de Purcell et vous la proposer sous la forme d’un divertissement entrecoupé d’intermèdes assurant les liaisons du spectacle.

Qui pouvait assurer mieux que Corinne et Gilles Benizio (alias Shirley et Dino) le rôle périlleux de metteurs en scène et de fantaisistes, de cet opéra sans queue ni tête afin de vous prouver que les chanteurs de Purcell sont les proches cousins des Monty Python ?
J’ai donc réinventé une histoire qui fonctionne sur les seuls fragments musicaux du King Arthur. Il ne s’agit plus d’un affrontement entre Arthur le Breton et Oswald le Saxon pour obtenir la main d’Emmeline, mais des épisodes du règne d’Arthur entre batailles et châteaux. »

Le DVD qui en a été tiré semble indisponible, mais on peut trouver l’enregistrement en ligne :

Dans la version originale, Arthur, roi des bretons, assisté de l’enchanteur Merlin, est confronté à Oswald, roi des saxons, assisté du magicien Osmond. C’est Arthur qui triomphe, épouse sa fiancée Emmeline tandis que l’enchanteur Merlin fait surgir les îles britanniques…

Les lecteurs du Bon Clos trouveront dans l’oeuvre de Purcell deux airs intéressants : l’appel des Saxons au Woden’s Hall ( au 1er acte (à 0h:15mn:00s). Il est savoureux d’entendre les Saxons se réjouir de boire le breuvage qui rend les Bretons hardis : la potion magique, déjà ?

I call, I call, I call you all
to Woden’s Hall
Your temples round,
With Ivy bound
In goblets crown’d
And plenteous bowls of burnish’d gold
Where ye shall laugh and dance, and quaff
The juice that makes the Britons bold
Je vous convie, vous convie, vous convie tous
Dans le temple de Woden
Où , le front ceint
et couronné de lierre tressé
Vous rirez, danserez et boirez
Dans des coupes d’or poli et bien remplies,
Le breuvage qui rend les Bretons hardis.
texte et traduction du site http://musicalis.jj.free.f

et l’invitation de Comus, dieu des libations et des banquets, à fêter les moissons : « We ‘ll toss our ale till we cannot stand », à l’acte V (à 2h:00mn:56s)

We’ll toss our ale, till we cannot stand ;
And heigh for the honour of old England ;
Old England, old England 
Nous allons avaler d’un trait notre bière, jusqu’à en perdre l’équilibre
Hé ! mais c’est pour rendre hommage à notre vieille Angleterre.
Vieille Angleterre, vieille Angleterre…

Voir ici l’analyse des arts florissants, et la partition chantée en video (I call à 9mn:50s)

Drinkin’wine with Jerry Lee

L’immense Jerry Lee vient de tirer sa révérence, à 87 ans. Ce pionnier du rock, surnommé « the killer », avait chanté dans les années soixante « Drinkin’ wine Spo-Dee-o-dee….

En voici une autre version, live à Memphis Tennessee. Un pianiste fabuleux qui joue… même avec les pieds !

La chanson vient de loin. Elle aurait été entendue à l’armée par Stick McGhee qui en donna la fin des années 40 une version R&B avec ses Buddies.

puis plus tard par Johnny Burnette et son Rock’n Roll Trio

Les paroles varient d’une version à l’autre…

Down in New Orlean, where everything is fine
All them cats is drinkin’ that wine
Drinking that mess to their delight
When they gets drunk, start singing all night
Drinkin’ wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Pass that bottle to me
Drinking that mess to their delight
When they gets drunk, start fighting all night
Knocking down windows and tearin’ out doors
Drinkin’ half a gallons and callin’ for more
Drinkin’ wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Pass that bottle to me
Hoy, hoy, hoy
Wine, wine, wine, Elderberry
Wine, wine, wine, or Sherry
Wine, wine, wine, Blackberry
Wine, wine, wine, half an’ half
Wine, wine, wine, oh boy
Pass that bottle to me
If you wanna get along in New Orleans town
Buy some wine and pass it all around
Age runs up for tonight
All those cats they love sweet wine
Drinkin’ wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Pass that bottle to me
Hoy, hoy
Wine, wine, wine, Elderberry
Wine, wine, wine, or Sherry
Wine, wine, wine, Blackberry
Wine, wine, wine, half an’ half
Wine, wine, wine, oh boy
Pass that bottle to me
Drink that slop
That’s what I’m talkin’ about
Ah, drink it
Sneaky Pete
Now down on Rampart street at Willy’s Den
He wasn’t selling but a little gin
One cat wanted a bottle of wine
He hit that cat for a dollar and a dime
Drinkin’ wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Pass that bottle to me
Hoy, hoy
Wine, wine, wine, Elderberry
Wine, wine, wine, or Sherry
Wine, wine, wine, Blackberry
Wine, wine, wine, half an’ half
Wine, wine, wine, oh boy
Pass that bottle to me
I’ve got a nickel, have you got a dime
Let’s get together and get a little wine
Some [Incomprehensible]
And some [Incomprehensible]
Oh when you’re buying sharing, now you’re doing things smart
Drinkin’ wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Wine spo-dee-o-dee, drinkin’ wine, bop ba
Pass that bottle to me

source: https://www.lyricsondemand.com/s/stickmcgheelyrics/drinkinwinespodeeodeelyrics.html

Pendant qu’on y est, en voici deux autres dans la même veine de Stick McGhee

Head Happy With Wine

et  Drank Up All The Wine Last Night

Bye bye Jerry ! (Stick Mcghee et Johnny Burnette sont morts jeunes dans les années 60)

Art shopping again

Voici revenu au Carrousel du Louvre ce salon commercial où se croisent artistes du monde entier, oeuvres bling bling et parfois des petits joyaux. Du vertige de parcourir les milliers d’oeuvres exposées émergent quelques unes qui nous touchent.

Voici un « verre à moitié plein », de l’italienne Arianna Pignatelli, également tatoueuse de talent, dont on a pu retrouver aussi une version en cours d’élaboration.

L’américaine Brittany Faning, qui a longtemps vécu en Corée, pointe la coexistence du plaisir et du danger avec ce « Pinot Gris et volcan »

Pinot Grigio and a volcano

et ce jeu avec un alligator

poking the alligator détail

Le coréen Youngil Hwang , avec sa série « waiting for myself » interroge notre espèce où chacun est confronté à ses choix de vie. Tous ses personnages portent un coeur sur l’oeil gauche.

La roumaine Smagdan (Magdalena Stanescu) a fait alliance avec le Clos de la Bierle, un domaine du Bugey qui produit un fameux « Frizant » de Cerdon du Bugey, médaillé plusieurs fois et sacré « meilleur vin du monde » ( Il fut même servi en 2014 au Président Xi lors d’un dîner de gala à l’hôtel de ville de Lyon).

Tout un stand à la gloire de ce rosé de Gamay pétillant !