Au Salon art3f

Les parisiens pouvaient se rendre ce week-end à ce Salon itinérant qui est né il y a cinq ans à Mulhouse, en région des 3 frontières (3f !). Nous y avons fait quelques belles rencontres.

Tout d’abord Françoise Leblond, qui travaille à Vence, et s’intéresse aux chats.

canotiersElle fait partie de ces nombreux artistes sollicités par le domaine Puech Haut pour transformer ses barriques en oeuvres d’art, on s’en souvient. La voici avec une réplique en BIB.

francoiseleblond              Voici maintenant William Heneuy, un vrai amateur de verres et de vin, qui travaille à Andernos.

heneuyeffetvirevolteheneuyrougeclairheneuyrougesombreVoici encore des oeuvres de Stéphane Gisclard, qui affectionne l’ambiance des bars (présentées par la galerie Rustinoff-Guyot).

gisclardbuveusegisclardmatelotaubargisclardbuveusesaubargisclardmatelotetbuveusesaubarVirginie Mézan de Malartic habite Clamart. Elle aime à nous plonger dans un univers énigmatique.

virginiebuveurentailleur virginietablevide virginietchinNous avons déjà rencontré Fauve (alias Martine Dechavanne). Elle continue dans la même veine.

fauve3femmes

fauvecoupleXavier Marabout adore pastiche, parodie et autres détournements. Il travaille à Auray, dans le Morbihan.

maraboutchampagneIl faut voir ses fusions Hergé-Hopper !

Avant de partir, considérons avec nostalgie quelques vieilles bouteilles de la catalane Natalia Villanueva.

villanuevabotellas

 

Revoila Munch…

Il était l’an dernier de passage à la Pinacothèque, le voici au Musée d’Art Moderne du Centre Pompidou. Toujours pas de « lendemain de cuite » (the day after) mais un autoportrait aux bouteilles intéressant (il a peint des dizaines d’autoportraits, plus de 40 après 1900, « comme s’il voulait enregistrer l’effet du passage du temps », écrit son ami Stevensen)

autoportrait aux bouteilles (1938)
au bordel - zum sussen Madel (à la douce jeune fille)

Ces hôtes indésirables (vers 1935) viendraient-ils perturber des libations ?

PS pour les amateurs, la Galerie d’Olga présente plus de 200 toiles de Munch, parmi lesquels ce « mariage de bohémiens » (1925).

Ne quittons pas Beaubourg sans explorer le Musée d’Art Moderne qu’il héberge. Voici un curieux ensemble d’Henri Laurens.

bouteille et verre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lavinia

On ne présente pas  ce grand caviste de la Madeleine qui dispose notamment d’un espace restauration où les vins consommés sont disponibles au prix magasin. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas cher. Difficile de trouver une bouteille à moins de dix euro dans ce temple du luxe oenologique.

Soit dit en passant, Lavinia est le nom d’une Latine qui donna un fils à Enée (Silvius). Phonétiquement c’est la vigne en portugais (vinha), en italien (vigna)  en espagnol (viña). D’ailleurs Lavinia nous vient d’Espagne.

Chaque année leur catalogue commande une couverture à un artiste ; nous retrouvons quelques auteurs connus : Ben, Di Rosa, Boisrond onrt réalisé des oeuvres pour Puech Haut . Le bon clos a rassemblé ces couvertures pour ses lecteurs (elles sont visibles dans le magasin et dans le catalogue de l’année).

Les voici, en remontant le temps :

gordillo

 

Gordillo 2010

ben

Ben Vautier 2009 (déjà connu au bon clos)

adami

Valerio Adami (2008)

boisrond

François Boisrond (2007)

dirosa

hervé di rosa (2006)

erro

Erro 2005

arroyo

Eduardo Arroyo 2004

telemaque

Hervé Télémaque 2003

maza

Fernando Maza 2002

blasco

Elena Blasco 2001

ramos

Willy Ramos 2000

Picassos retrouvés

Toute la ville en parle : 271 oeuvres de Picasso ont refait surface mystérieusement, leur détenteur, ancien électricien du maître, est soupçonné de vol et recel pendant près de quarante années.

En voici deux qui nous concernent, d’autres peuvent être vues dans l’édition abonnés du Monde

Voici le commentaire du « journal de référence » pour cette « nature morte verre »

Nature morte, de 1913 ou 1914, ce papier collé exceptionnel réunit un paquet de tabac, un verre et une bouteille. Le tabac s’identifie grâce à la marque Le Nil et un fragment d’étiquette fiscale. Le verre à pied se voit par ses courbes et son ombre – un papier vert sombre. La bouteille est signalée par le mot vin, sa forme cylindrique et le dessin simplifié de son goulot, visible sur le fragment de toile à touches brunes et grises qui occupe la partie supérieure de l’ovale, un format fréquent chez Picasso dans cette période du cubisme.

naturemorte

nature morte au verre

naturemorteVIN

nature morte pipe et bouteille

Retour au 59Rivoli

Nous voici à nouveau à l’exsquat du 59Rivoli , répondant à l’invitation de Gaki qui expose jusqu’au 7 mars avant de partir au Portugal au « pavilhao 28 » du Centre Hospitalier Psychiatrique de Lisbonne. Pour y exposer, bien sûr …

Un de ses amis m’assure que c’est Gaki qui a peint (en une nuit !) le dragon qui déploie ses méandres dans l’escalier du 59 jusqu’au 5ème étage.

Nous rencontrons aussi Anita qui pratique le collage (voir sa galerie ) et la photographie

anita savary

et me fait découvrir les oeuvres d’un peintre sculpteur russe « disparu », Bazilio, honteusement chassé de France parce que sans papiers (Voir aussi ).

Avec Anita nous installons ses trois porteurs de bouteille en bois, c’est quelque chose !

lesbuveursdebazilio

Il s’appelle en réalité Mikhail Anokhin, certaines de ses oeuvres peuvent être vues là.

A bientôt Gaki, Anita et… Bazilio !