Fortunio

Il se joue ces jours-ci à l’Opéra Comique Fortunio, cette opérette composée par André Messager en 1907. C’est une adaptation du Chandelier d’Alfred de Musset, une pièce assez licencieuse et drôle publiée en 1835, et jouée à la Comédie française en 1850.

fortunio

Comment déjouer les soupçons d’un mari jaloux ? En les faisant dévier vers un leurre, le chandelier. Mais quand celui-ci est un amoureux transi, Fortunio, et qu’il chante une chanson écrite par Musset, tout peut arriver…

Il y a un petit air à boire au début du 3ème acte, un peu ampoulé, ce n’est pas l’air le plus connu mais il a sa place dans la collection du Bon Clos. C’est le mari trompé, maître André, qui invite ses convives à boire :

Coteaux brûlants,
Terre des champs,
Et des verdures,
C’est votre sang
Qui monte dans
Les vignes mûres.

Cieux empourprés,
Couchants dorés,
Des soirs d’automne,
Tout votre éclat
Tient ici-bas
Dans une tonne.

(Ce n’est pas celui évoqué par Musset dans le chandelier : « Amis buvons, buvons sans cesse », une chanson jugée trop vieille par le capitaine Claveroche (l’amant) ; nous en reparlerons)

Dès 1861, Offenbach avait composé la Chanson de Fortunio, un opéra comique qui raconte une suite de cette histoire. Fortunio, devenu âgé, se retrouve dans la situation du mari du Chandelier… Mais sa vieille chanson, qui avait fait défaillir la belle Jacqueline, le trahira…

On a donc deux airs pour une même chanson, celui d’Offenbach qui eut en son temps un succès retentissant,  et celui de Massenet. Chacun choisira…

On peut écouter là la version d’Offenbach (avec Bruno LAPLANTE, baryton et Marc DURAND, pianiste)

et celle de Messager

Si vous croyez que je vais dire
Qui j’ose aimer,
Je ne saurais pour un empire
Vous la nommer.

Nous allons chanter à la ronde,
Si vous voulez,
Que je l’adore, et qu’elle est blonde
Comme les blés.

Je fais ce que sa fantaisie
Veut m’ordonner,
Et je puis, s’il lui faut ma vie,
La lui donner.

Du mal qu’une amour ignorée
Nous fait souffrir,
J’en porte l’âme déchirée
Jusqu’à mourir.

Mais j’aime trop pour que je die
Qui j’ose aimer,
Et je veux mourir pour ma mie,
Sans la nommer.

la princesse de Trébizonde

Encore une belle opérette du génial Jacques Offenbach dont on fête cette année le bicentenaire. L’équipe qui se réunit chaque été à Bruniquel autour de Frank T’hézan et de Jean-Christophe Keck a présenté ce joli spectacle dans le cadre unique du vieux château. Pour notre plus grand plaisir, nous y étions.

princesseabruniquel.JPEGEt ne sommes pas passés à côté de l’air à boire qu’on y trouve au 3ème acte.

Zanetta (la Soprano Julia Jérôme) et Raphaël (Xavier Mauconduit, Ténor) se déclarent enfin leur amour et se retrouvent enfin pour festoyer…

RAPHAEL.
I
Ô malvoisie
Liqueur choisie
Sois l’ambroisie
Des amoureux !
Coule et, pour cause,
Fais-nous en rose
Voir chaque chose !
Quel bouquet merveilleux
À ce vin vieux !
Parlons peu, mais parlons bien
S’en cacher ne sert à rien
Ici chacun à son tour
Est l’esclave de l’amour.
ZANETTA.
II
Ô vin de Grèce
Que ton ivresse
En allégresse
Tienne nos cœurs !
Rends le mien ferme,
L’amour y germe.
L’amour renferme
Tous les bonheurs !
Quel bouquet merveilleux
À ce vin vieux !
Pour retrouver l’ambiance, voici aussi un extrait posté sur Youtube par un amateur
https://www.youtube.com/watch?v=Dc2_Jikrvyw

Fête des vignerons à Vevey

vevey2019

Voici quelque temps qu’on s’y préparait. Pensez donc, des vignerons qui font la fête une fois par génération. Vient le moment où l’on se dit : c’est maintenant ou jamais !

La tradition remonte à 1797. Il s’agissait, et il s’agit toujours de récompenser les « tâcherons » les plus méritants lors d’une Cérémonie du Couronnement. Déjà un spectacle, mettant en scène le cycle de la nature et les divinités païennes, était organisé.

bacchus1833
le char de Bacchus en 1833

L’édition suivante eut lieu en 1819, puis ce fut en 1833,1851,1865 et 1889.

 

bacchus1851

Puis au XXème siècle en 1905,1927,1955, 1977 et 1999.

Vevey1905

Quelques uns des timbres édités par Nestlé en 1905

nestlevendangeurs1905nestlelautomne1905nestlebacchus1905

 

Cette pierre sur la place du marché où est édifiée une arène éphémère célèbre ces festivités.

Veveypierrecommémorative

Le spectacle est inénarrable. Plus de 5000 figurants vêtus de costumes chatoyants d’étourneaux, de papillons, de cartes à jouer…  se relaient pour des chorégraphies monstres.

scenepleine

« Le spectacle raconte une année dans la vie de la vigne à travers une vingtaine de tableaux ouvrant et se terminant par les vendanges. Il traite autant des travaux de la vigne (effeuilles, taille), de moments plus sociaux (le mariage, la foire de la Saint-Martin) que de thèmes plus généraux (les saisons, l’eau, le soleil, la lune, le cosmos).
Il interroge le lien entre l’homme et la nature et rend hommage au savoir-faire immémoriel des vignerons-tâcherons. Au cœur du spectacle surgit le Couronnement des vignerons-tâcherons récompensés pour l’excellence de leur travail par la Confrérie des Vignerons.
La narration est portée par un émouvant dialogue entre une petite fille appelée Julie et son grand-père, qui lui fait découvrir les traditions et le travail de la vigne. Trois personnages de «docteurs» commentent le tout avec humour et impertinence. La musique, qui alterne morceaux d’ensemble, orchestraux ou en petites formations, est portée en live par le Chœur de la Fête (500 choristes, 300 Percuchoristes, 150 voix d’enfants), l’Harmonie de la Fête (120 musiciens de fanfares), le Big Band (16 musiciens de jazz), les Percussionnistes (40 percussionnistes), les Cors des Alpes (36 cors des Alpes), un Petit Ensemble (20 musiciens) et les Fifres et Tambours (36 musiciens bâlois). L’Orchestre de la Fête est le Gstaad Festival Orchestra, qui enregistre la partition en studio au printemps 2019.
Les chorégraphies des tableaux sont interprétées par 5500 acteurs et actrices-figurant-e-s en costumes, tous habitants de la région. Spectacle total, féerique, grandiose, dynamique et poétique conçu à 360°, il mêle à la musique, aux chants qui portent les poèmes des auteurs et aux mouvements de foule, des images et vidéos projetées tant sur des écrans géants que sur l’immense plancher LED de l’arène.
Pour créer les quelques septante costumes différents que portent les acteurs et actrices-figurant-e-s et les choristes, la costumière s’est inspirée autant des Fêtes des Vignerons précédentes, avec un intérêt tout particulier pour les aquarelles d’Ernest Biéler en 1905 et 1927, que des costumes traditionnels vaudois et fribourgeois. Les costumes d’animaux, insectes et oiseaux, sont des nouveautés liées à la dramaturgie du spectacle de Daniele Finzi Pasca. »

Tandis qu’une libellule vole au-dessus du public,

lalibellulechorales quadriphoniques (aux 4 coins de l’arène), percussions,

percussions

cors alpins…  gymnastes, viennent célébrer la vigne et la vie paysanne et témoigner de la grandeur de la Suisse et du canton de Vaud. Tous défileront avec fierté le 19 juillet en faisant pavoiser les armoiries des communes et cantons.

 

Armoiries de quelques villages viticoles

 

 

Les photographes amateurs s’en donnent à coeur joie, et participants et spectateurs fraternisent…

fraternisation

Le soir, on se retrouve dans les caveaux des corporations et confréries professionnelles.

aucaveaudesmarinspecheurs
au caveau des marins-pêcheurs

Les Cent Suisses, des passionnés, sont les héritiers des mercenaires suisses qui servirent notamment les rois de France,  et veulent perpétuer l’histoire et la culture suisse. Ils participent à la fête depuis 1819.

 

Et l’on boit des vins blancs (chasselas le plus souvent)  et rouge (gamay,  parfois croisé  avec le reichensteiner (gamaret, garanoir), ou aussi le plant robert, variété épicée de gamay, lauréat de notre dégustation).

 

Des vins plaisants, mais difficiles à produire, et suisses, donc chers et qu’on ne verra guère à l’export ! Il faut donc en profiter sur place, coûte que coûte ! Et d’abord parcourir le vignoble, qui dévale les coteaux face au Léman.

vignoblelavaux

De village en village, de clos en clos les enseignes se succèdent.

 

 

et l’on peut croiser un vendangeur en bois.

vendangeurenbois

On admire le travail de l’artiste qui a sculpté sur le bois de cette porte l’effigie d’un aieul vigneron.

visageaieul

A Chexbres tout est prévu…

 

De retour à Vevey, on ne rate pas l’exposition de gravures d’Olivier Taramarcaz qui illustre l’ouvrage « Méditations viticoles – la vigne et le vin dans la Bible » de Nathalie Perrot.

cepceps

Et faute de visiter le musée historique fermé pour la circonstance, on se rabat sur l’Alimentarium proposé par Nestlé.

museedelalim

N’oublions jamais l’alcoolisme et ses ravages !

 

 

le boulon

Dimitri Chostakhovitch composa en 1930 ce ballet, chorégraphié par Fedor Lokhudov, qui mettait en scène quelques héros négatifs, comme cet ouvrier ivrogne
et ce tire-au-flanc

(on peut voir ces dessins de Tatiana Bruni à l’exposition Rouge, actuellement au Grand Palais)

Las, le ballet fut interdit à l’issue de sa première représentation en 1931. Il fallut attendre 2005 pour qu’il soit monté de nouveau par Alexeï Ratmanski et la troupe du Bolchoï.

Voici un des grands moments, la  danse de Lyonka

 

le postillon de longjumeau

Voici un petit air à boire qui passe vite au 2ème acte du Postillon de Longjumeau, opéra-comique que l’on peut voir ces jours-ci salle Favart, qui fut composé en 1836 par Adolphe Adam (que les lecteurs du bon clos connaissent pour un air extrait du Chalet).

Ce n’est pas l’air le plus fameux mais il est joyeux. Après avoir été « enlevé » le jour de ses noces par un marquis pour chanter à la Cour du roi Louis XV, Chapelou, le Postillon de Longjumeau rebaptisé Saint-Phar, se voit convié avec toute le troupe à un festin, ce qui déclenche un enthousiasme général !

A Table ! A Table !

Le vin donne au chanteur
Et du charme et de la vigueur!
Ah! Monsieur le Marquis
Vraiment, on n’est pas plus aimable!
Allons amis, allons nous mettre à table! Allons amis, courons nous mettre à table!
Le vin donne au chanteur
Et du charme et de la vigueur!
Vraiment, on n’est pas plus aimable!
Allons amis, et nous boirons à table,
A la santé de Monseigneur!
Allons à table et nous boirons de grand coeur,
A la santé de Monseigneur!

On peut l’écouter sur cette video à 1h5mn20s

 

Le Génie du vin

Voici un winewomanshow, qui ne peut pas laisser indifférent les lecteurs du bon clos. Ecrit et mis en scène par Michel Thibaud, c’est un festival de jeu de mots et d’à peu près, la magie d’un génie sortant de sa bouteille et la laissant en mille… meursaults, 3 copines en bisbille à cause d’un saint-amour : tu madiran tant !Dans sa belle robe rouge (de la haute biture !) Sylvie, nous accueille aux accents de « c’est beau la petite bourgeoisie qui boit du champagne« . Incarnant tour à tour les 3 copines Margaux, Vouvray et Fleurie, elle égrène ces trouvailles avec un sourire complice, allant jusqu’à « traduire » pour les néophytes qui n’ont pas compris, car pas assimilé le copieux lexique remis à l’entrée.Nonobstant les gorgées qu’elle avale avec ferveur (ce Pommard m’a tuer !), Sylvie, par ailleurs ministre de l’oenologie de la République de Montmartre, tient sa salle qui le lui rend bien en buvant goulûment ses paroles. Mais gare aux bavards, retardataires et autres importuns, impitoyablement remis à leur place. Sinon je minervois !Des gorgées, le public qui se pressait ce mardi 26 mars  au petit Gymnase eut l’occasion d’en boire, car une dégustation exceptionnelle était prévue ce soir-là en l’honneur du « Sans Fourchette« , projet innovant de l’association « Mémoire et Santé », destiné à favoriser la convivialité avec des personnes souffrant de troubles neuro-végétatifs en servant des bouchées à prendre avec les doigts.

Et il y en avait d’exquises !

Merci  aussi au domaine du Cassard et à la cave de Turckheim qui firent goûter leurs crémants et vins tranquilles. Avec une mention spéciale pour les côte de Blaye Prestige (blanc 2018 et rouge 2017) puissants et gouleyants. Ah ! mais !    Et merci aux échansons qui servirent sans mollir les amateurs.Le Génie du vin, chinon rien ! Allez y, c’est tous les mardi soir au Petit Gymnase.

le retour d’ulysse

On jouait ces jours-ci le retour d’Ulysse, d’Hervé, au théâtre Marigny Studio. L’ami François des terres d’Auvergne nous a fait savoir qu’il s’y trouve un air qui nous concerne. Bien vu ! Et merci au Palazetto Bru Zane qui rejoue cette bouffonnerie musicale.

https://www.theatremarigny.fr/spectacle/les-bouffes-de-bru-zane-mars/

Résumons l’affaire bien connue.
Pénélope a peur de faillir, elle se sent tressaillir et sent son sang bouillir quand un amant (Coqcigru) vient l’assaillir !
Mais voici Ulysse qui revient et que chacun palisse !
Dzing badaboum badaboum boum boum !
Et Coqcigru qui a mérité la corde et la potence pour sa témérité n’a plus qu’à se lamenter :

Tic et toc tintin
Noyons dans le vin
La mélancolie
Et que la folie
Succède soudain
A tout noir chagrin
Bouteille jolie
A toi mon refrain

Vous qui voulez le premier rang
Rimeurs courant après la gloire
C’est le vin qui rend éloquent
Le vrai talent consiste à boire
Qu’un tonneau soit votre sujet
Prenez un robinet pour lyre
Car les verres au cabaret
Sont meilleurs à vider qu’à lire

Et Pénélope de rétorquer

Que faut-il pour fuire le chagrin ?
Mettre un tonneau de vin en perce…

Voici une version diffusée par la RTF en 1956 (Orchestre lyrique de la RTF sous la direction de Marcel CARIVEN, avec Denise DUVAL : Pénélope, Jean GIRAUDEAU : Ulysse, et Joseph PEYRON : Coqcigru)

Et, merci à Gallica, voici la partoche des couplets de Coqcigru : RetourdUlyssecoupletscoqcigru

Musique et vieilles barriques

C’est le titre d’un spectacle annoncé pour le 16 mars prochain sur la péniche Adelaïde (Face au 46 quai de Loire Paris 75019 www.penicheadelaide.com 06 81 43 52 47)

#16 mars 19h30 – Soirée Bacchus
Dégustation de vins et spectacle Musique et vieilles barriques
Ensemble Les Mouvements de l’âme : Amal Allaoui (chant), Marie Langlet (luth renaissance, theorb et guitare), Bruno Ortega (flûtes à bec et percussions)

Pour se faire une idée on peut en écouter quelques extraits en ligne sur soundcloud.

Nous n’y serons pas, dommage. On ne peut pas être partout !
Bonne soirée !

Geneviève de Brabant

C’est l’opéra-bouffon que la joyeuse équipe de musiciens et de chanteurs qui se réunit chaque année à Bruniquel  autour de Frank T’hézan et de Jean-Christophe Keck avait choisi de monter cette année. Ce n’est pas la plus connue d’Offenbach, mais elle valait quand même le déplacement !

En 3 actes et sept tableaux, on peut suivre l’histoire moyenâgeuse de Geneviève, chassée par son mari le duc de Curaçao Sifroy (Christophe Crapez, très en forme) qui la croit infidèle. Il y a un félon, Golo, et Charles Martel (excellent Michel Vaissière) est de la partie. L’histoire, rocambolesque, se termine bien…

Il y a quelques désopilants morceaux de bravoure comme cette « poule sur un mur » (qui picotait du pain dur…) ou le « rondeau du pâté » (qui renferme du veau mêlé de jambon..) , mais il faut attendre le 7ème tableau pour découvrir la Farandole…

Voici pour vous mettre en goût, Vous monter la tête ;
L’ivresse doit avant tout Être de la fête…

Buvez de ce punch brûlant Après le champagne ;
Le punch vous fait plus gaîment Battre la campagne.
Qu’on remplisse mon verre Des vins les plus exquis !
Moi, je veux faire Raison à mes amis !
Du bon jus de la vigne, Point ne crains les effets,
Je ne m’indigne Que contre le mauvais !
Boire et rire, C’est tout dire !
Voilà, oui-dà, Ce qui me va !
Je bois le premier verre, A mon pays, toujours !
Je prends le second verre, Pour boire à mes amours !
Boire et faire Bonne chère,
Voilà, oui-dà, Qui me va.
Je vide un autre verre, Pour les amis présents.
Je bois encore un verre. Le dernier, aux absents !

En attendant le CD que l’on pourra gagner lors du tirage au sort quotidien lors d’un prochain festival ou à défaut acheter sur le site du festival, on peut visionner en ligne la version de la Classe de Chant du Conservatoire de Sarreguemines jouée en 2016. La Farandole commence à 2:11:19

les trois baisers du diable

C’est une « opérette fantastique » créée par le grand Jacques aux Bouffes Parisiens en 1857 que l’on a pu voir ces jours-ci mise en scène par Yves Coudray dans le cadre du festival d’Etretat (elle avait été montée l’an passé, mais nous n’en avions point eu vent, à Pourrières par « l’opéra au village« )

C’est l’histoire d’un suppôt de Satan qui cherche à dévoyer une âme pure, sans succès bien sûr !

Elle recèle comme souvent un air à boire, dont voici les paroles :

Le travail c’est la tristesse,
Le bon vin c’est la gaieté !
En buvant à la paresse
On boit à la liberté.
Soyons frères
Que nos verres
Soient pleins l’hiver comme l’été !
Si jamais triste et malade
L’amour passe à ton côté
Verse à boire au camarade
Le vin lui rend la santé.
 
Marc Larcher, « Jacques », et Marc Labonnette « Gaspard »
Mais la musique n’est pas celle de « le travail c’est la santé », d’Henri Salvador. En voici un court extrait :
On trouvera sur Gallica une adaptation des airs au piano par le fameux Musard  et un fichier midi