Renversant

 » Renversant, quand art et design s’emparent du verre « ,  cette exposition en cours à  la Cité du Vin de Bordeaux (et jusqu’à fin juin) nous ramène à la mémoire Matali Crasset, découverte il y une dizaine d’années chez Artcurial, et associée à cette exposition. Manifestement le travail du verre et du cristal à de nombreux adeptes. En voici quelques exemples.

Anthony Duchêne présente ses verres à nez, plus pratiques pour humer que pour boire!

Achille Castiglioni propose ses verres paro  en cristal soufflé (1983)

verresparo

Pratique pour passer du blanc au rouge, mais attention les taches !

On en dira de même de ces équilibres d’Alain Villechange

equilibre

Voici un ingénieux dispositif pour déguster hygiéniquement à plusieurs.

dispositif

Hubert Legall présente son calendrier de verre adapté à la vigne, sur 4 mois : janvier, avril, juillet et septembre

calendrier

On peut passer du temps à chercher quel motif correspond à quel mois…

Nicolas Boulard présente cette palette de 1000 magnums Romanée Conti 1946

palette

(millésime inexistant because le phylloxera)

et ces « fragments » d’une bouteille reconstituée après qu’elle a été explosée au… .Magnum ?

fragment

Sa « diagonale du fou » est un tube de néon empli d’un mélange de vins d’alsace et du pays basque.

tubepalettefragment

Voici maintenant une bouteille de Klein (objet ne présentant qu’une seule surface) qui représente un tube digestif

bouteilledigestifdeklein

et une bouteille arborescente
bouteillearborescenteCette carafe-ci, dûe à Francoise Quardon, est dite « crâneuse » (2014)

carafecraneuse

On ne peut pas ignorer « Ariane et Bacchus » de Bouke de Vries (2014)

arianetbacchus

mais la métaphore est bien elliptique. Et d’abord, qui est qui ?

Le tchèque Arik Levy accroche ses bouteilles colorées

bouteillescolorées  Ces tours de Penzo+Fiore (2017)sont un assemblage « ready-made »

toursdepenzoetfiore

Comment tout ça tient-il debout ? Et combien de cassés pour cet accomplissement ?

Finissons avec cet appareil à sous qui permet d’illuminer ce qui s’apparente au Saint Graal.

graal

 

En revenant de Just’Rosé

Just’Rosé, c’est cette sympathique manifestation organisée tous les ans en mai sur le port de Sanary/mer. Soit disant international, ça reste quand même très varois, mais les champenois sont là !Pour une somme modique, on peut pendant trois jours écluser des godets  de stand en stand, faire des rencontres comme ce producteur de vin de fraise du cellier de Revigny dans la Meuse, unique en France.

Reste l’épineux problème du retour, qui n’en est plus un depuis que l’organisation propose un service de tuk-tuk gratuit. Ces deux-là n’en sont pas revenus !

plaisirs de saisons et rencontres à l’Athénée

Aficionados de ce théâtre à la programmation souvent musicale et lyrique, nous avons assisté avec l’ami Bernard à la présentation du programme 2019-20, sachant qu’elle se conclurait par des « plaisirs de saisons et rencontres« . Pique-assiettes, sucez vos pouces une petite heure, le meilleur reste à venir ! nous était-il dit. Prosaïques esprits que nous sommes, nous proposerons tout de même une étonnante expérience d’accords vins/spectacles au foyer bar. Fondatrice des défricheurs de terroirs Clémence Lesellier proposera la note juste, le breuvage spirituel qui sied au nez d’un gascon (indice !), ou l’assemblage le plus judicieux, était-il annoncé.

C’est ainsi que YES, opérette que joueront les Brigands en fin d’année, était associé à un poiré normand « tout aussi pétillant que les refrains » de Maurice Yvain. Que l’Offrande Musicale de Bach, programmée en mai 2020, un défi dans l’art de la fugue, était associée à un autre défi, celui de faire du Pinot noir dans le Var, relevé par Harry Gozlan, qui fait aussi un rosé, un vin « à la robe limpide et tourbillonnante, comme une robe de bal » associé par Clémence Lesellier à Cendrillon, bien sûr, cet opéra-comique de 1810 de Nicolas Isouard qui souffrit de la concurrence de Rossini, et qu’il faudra attendre juin 20020 pour voir.

Merci Clémence et Messieurs-Dames de l’Athénée pour cette belle dégustation. On se reverra !

Les 70 ans du Devoir Parisien du Beaujolais

Pour les 70 ans du Devoir Parisien, Patrick Barzic son Grand-Maître avait vu grand et décidé d’investir le 11 mai dernier avec ses Compagnons la Palmeraie, cette belle salle de ce Paris ultrapériphéricain qu’on appelle la plaine de Vaugirard.

Dès l’après-midi, une dégustation (de crus du Beaujolais présentés par leurs producteurs) agrémentée d’un Bojo-Quizz attendait les arrivants. Difficile exercice, qui avait pour effet bénéfique de faire lever le pied aux leveurs de coude !

Pour gagner, il fallait savoir que le gamay se taille en gobelet (taille courte) dans les grands crus, imaginer qu’un auvergnat émigré en Russie débourserait chix roubles pour un flacon du même nom. Se souvenir que René Fallet avait écrit : « le beaujolais nouveau est arrivé » et bien d’autres choses encore. Il y eut quelques gagnants qui emportèrent une bouteille.

Ensuite vint le chapitre et ses discours, qui furent traduits en anglais et en allemand en raison de la présence de nombreux représentants de Devoirs de Grande Bretagne, et d’Allemagne.Parmi les francophones, il faut citer les Devoirs du  Bénin, du Togo, et du Québec, les maitres brasseurs de Wallonie, les rillettes de Touraine, les amis de Clamart et d’Issy-les-Moulineaux venus en voisins et plusieurs autres Confréries d’Ile de France.

Vint le moment des intronisations qui furent nombreuses.

On applaudit un très jeune fiston à son papa, et on eut la joie de voir reconnues les qualités de l’ami Philippe d’Issy les Moulineaux.Le diner, animé par Laetitia et son orchestre, fut à la hauteur de l’évènement, mais c’est le service des vins, ordonnancé par l’ami Gérard,

qu’il faut saluer. On retrouva les vins goûtés l’après-midi, mais pas dans n’importe quel ordre ! Car on peut boire de tout, mais pas avec n’importe quoi (ce qu’aurait pu dire Desproges.)On peut boire de tout, mais pas avec n’importe qui non plus. Nous fûmes chanceux de trouver à notre table les vignerons du domaine Bourdon dont nous avions particulièrement apprécié l’élégant Fleurie 2016, et qui nous ont apporté de plus un accès direct aux réserves…

 

Chapitre des fleurs au Musée du Vin

Ce samedi 19 mai nous fêtions la fleur de la vigne au Musée du Vin, entrainés par les Jeunes Echansons qui avaient choisi la Touraine de Balzac comme fil directeur.

Ce fut l’occasion pour cette noble Confrérie d’accueillir  dans ses rangs Guillaume Filiu, jeune homme passionné de vins dont la fréquentation assidue des clubs d’oenologie et l’animation de soirées du même tonneau impressionnent.Ce fut aussi l’occasion de mieux connaitre l’art du Compaignon Eric Meilhoc, promu au grade de Grand Officier. Ce grand parfumeur nous a fait la fleur de nous faire découvrir des odeurs envoûtantes de productions animales utilisées en parfumerie comme l’ambre gris, le musc, le castoréum et la civette.

Ceux qui n’auront pas tout retenu ou pas pu assister gagneront à lire l’article sur la composition des parfums publié sur aromastyle : on y apprend que l’ambre est produit par par le cachalot, le  musc par le chevrotin porte-musc (cervidé asiatique),

le castoreum par le castor bien sûr, et la civette par ..la civette.

Un quizz fut ensuite proposé, où il fallut savoir le nom courant du cépage Balzac noir, par exemple. Ou encore les points communs entre Claude Josse, Grand-Maître des Echansons de France, et Honoré de Balzac.  Il y en a ! Il fallut aussi reconnaitre deux vins servis à l’aveugle. Voici les fiers gagnants.Le repas faisait la part belle aux produits du terroir ligérien : rillons, boudins, rillettes, tourtes, saumon, chèvres… accompagnés des vins choisis par la Grande Pipetière : sauvignon, cabernet franc, gamay, chinon blanc moëlleux. En a-t-elle profité, astreinte à corriger les copies du quizz tandis que tous se régalaient ?

livres rares et objets d’art

Il y avait quelques trouvailles à faire dans ce salon international qui se tenait au Grand Palais du 12 au 14 avril.

On ne pouvait pas ignorer ce tonnelet en porcelaine du 16-17ème présenté par Blanc et Bleu Antiquités (J.M.Vivona). Avec son robinet et son bouchon il est prêt à l’emploi !

Un peu plus loin c’est aux prodiges de la marquèterie que l’on était confronté, avec cette plaque en bois destinée initialement à un ouvrage sur Yvette Guilbert, encore à l’état de projet. L’image ci-dessous devait illustrer la fameuse chanson « de terre en cep ».

(marquèterie d’art Spindler à Boersch en Alsace)

Ce tableau, intitulé offrandes à Dionysos, est de Louis J.Fr l’Ainé Lagrenée (1725-1805) (galerie Chaptal)Sur le stand de la librairie les autodidactes on aurait aimé voir la Serveuse de la russe  Nina Aizenberg (1902-1974).

Mais elle était déjà vendue !

Le Génie du vin

Voici un winewomanshow, qui ne peut pas laisser indifférent les lecteurs du bon clos. Ecrit et mis en scène par Michel Thibaud, c’est un festival de jeu de mots et d’à peu près, la magie d’un génie sortant de sa bouteille et la laissant en mille… meursaults, 3 copines en bisbille à cause d’un saint-amour : tu madiran tant !Dans sa belle robe rouge (de la haute biture !) Sylvie, nous accueille aux accents de « c’est beau la petite bourgeoisie qui boit du champagne« . Incarnant tour à tour les 3 copines Margaux, Vouvray et Fleurie, elle égrène ces trouvailles avec un sourire complice, allant jusqu’à « traduire » pour les néophytes qui n’ont pas compris, car pas assimilé le copieux lexique remis à l’entrée.Nonobstant les gorgées qu’elle avale avec ferveur (ce Pommard m’a tuer !), Sylvie, par ailleurs ministre de l’oenologie de la République de Montmartre, tient sa salle qui le lui rend bien en buvant goulûment ses paroles. Mais gare aux bavards, retardataires et autres importuns, impitoyablement remis à leur place. Sinon je minervois !Des gorgées, le public qui se pressait ce mardi 26 mars  au petit Gymnase eut l’occasion d’en boire, car une dégustation exceptionnelle était prévue ce soir-là en l’honneur du « Sans Fourchette« , projet innovant de l’association « Mémoire et Santé », destiné à favoriser la convivialité avec des personnes souffrant de troubles neuro-végétatifs en servant des bouchées à prendre avec les doigts.

Et il y en avait d’exquises !

Merci  aussi au domaine du Cassard et à la cave de Turckheim qui firent goûter leurs crémants et vins tranquilles. Avec une mention spéciale pour les côte de Blaye Prestige (blanc 2018 et rouge 2017) puissants et gouleyants. Ah ! mais !    Et merci aux échansons qui servirent sans mollir les amateurs.Le Génie du vin, chinon rien ! Allez y, c’est tous les mardi soir au Petit Gymnase.