Pomme d’Api en Avignon

Revoici cette petite merveille de maître Jacques, (vue il y a quelques lustres au théâtre Marsoulan), mis en scène par le nivernais Théâtre du Temps pluriel, pour quelques semaines au festival off d’Avignon, au théâtre Girasole, tous les soirs (sauf les lundis) à 21h15 jusqu’au 30 juillet.

Le 9 juillet, c’était la première, et, vu de la salle, tout s’est passé à merveille. On a pu réentendre l’air du gril, bien sûr, et l’air à boire, un des plus beaux d’Offenbach : Ah ! versez, versez, versez encore ! Allez, allez jusqu’au bord…

L’histoire, s’il faut la résumer, c’est le huis clos amoureux d’un bellâtre (Franck Vincent), oncle d’un freluquet (Joris Conquet) qu’il a obligé à mettre fin à son amourette avec Pomme d’Api (étonnante et puissante Alice Fagard), laquelle, éplorée mais endurcie par l’épreuve, est envoyée comme bonne par le Pôle emploi de l’époque. On imagine la suite…

On ne reprochera pas au metteur en scène Olivier Broda d’avoir truffé le spectacle de gags et d’extraits d’air de griserie (la Périchole, le baron de la Vie Parisienne), c’est la coutume et la licence artistique permise, et il faut bien aller chercher les petites cuillers ! Mais quid du poème en allemand dit par Catherine ?

La réponse est arrivée : c’est le Wünschelrute de Eichendorff, clin d’oeil au Maître de la germaniste Alice

On n’omettra pas non plus de saluer la pianiste et directrice musicale Delphine Dussaux qui met aussi la main à la pâte… de la farce.

Merci à tous pour cette belle prestation !

Et en attendant des videos du spectacle, voici quelques airs sympathiques de productions plus anciennes.

Bordeaux en juin

Juin à Bordeaux, c’est tous les deux ans, depuis 1998, les fêtes du vin, du 23 au 26 juin cette année. Les quais, où de vieux gréements sont amarrés, sont investis par des stands où l’on peut déguster des vins de toute la « Nouvelle-Aquitaine ». Les Médoc, Graves-Sauternes, et Saint-Emilion-Pomerol sont bien sûr les plus courus ; il vaut mieux anticiper et venir dès le jeudi, muni d’une carte (et d’un verre de dégustation remis avec), donnant droit à onze « shots » de 6 cl.
Et ce sont aussi des expositions en ville, et à l’incontournable Cité du Vin avec Picasso et l’effervescence des formes (jusqu’au 28 août) .

Sur les quais, une grande carte du vignoble a été livrée au public, le résultat sera-t-il mis aux enchères ?

Pour déguster on n’a que l’embarras du choix…

Les discussions vont bon train entre dégustateurs/rices.

Entre deux dégustations on peut utiliser les jeux mis à la disposition du public

ou suivre des cours de dégustation

puis mettre son savoir à l’épreuve en répondant au Quiz

L’association pour l’information et la prévention de l’alcoolisation festive (APIPAF) prodigue ses conseils et propose un test à qui veut

Les grilles du Jardin Public présentent les gestes du vin

Et la Cité du Vin nous offre une exposition de photos de viticulteurs,

La famille Baudet et son château Monconseil-Gazin

où l’on découvre aussi la Connétablie de Guyenne, confrérie fondée en 1952, qui défend les vins « des Côtes et des Graves »dans leurs différentes appellations comme ici Blaye.

Venons-en à l’exposition l’Effervescence des formes,

que l’on parcourra sans pouvoir échapper aux accents obsédants et très olé-olé de la Matchiche, cette danse nouvelle de 1906.

Mais c’est une autre danse que cette scène (« répétition de jota« , aquarelle et encre, 1903) représente,

où l’on voit (en haut à droite) un « porro » catalan et comment s’en servir.

Mais il y aura plus tard d’autres pichets pour boire, comme ces pièces de céramiques produites dans les années 40-50…

Ce couple de buveurs devant une bouteille a été crayonné vers 1899-1900.

L’ami Juan Gris vivait en ce temps-là de dessins humoristiques publiés dans des gazettes comme l’Assiette au Beurre ou Frou-Frou (à laquelle collaborait aussi Picasso). En voici quelques uns.

le jour de l’an des cheminots révoqués (Charivari, 1911) (« Dire que Jaurès, lui, bouffe de la dinde et boit du champagne! ») paru aussi dans l’Indiscret en 1912 (« Sûr que ça ne vaut pas l’ordinaire de l’Elysée !« )

Sur cette eau-forte de 1934, on retrouve le trait magistral du Maître illustrant le thème antique de la fraternité des buveurs

C’est l’époque aussi oui Leonetto Cappiello (que les lecteurs du bon clos ont déjà rencontré) brille dans la publicité

Cette eau-forte de Picasso, un émouvant « repas frugal », date de 1904. « Le vin des pauvres, chez Picasso, n’est pas avilissement. Il est revanche sur l’existence », dit le commentaire.

Honneur au vin dans cette nature morte de 1923

Ce curieux bricolage en bois est intitulé « bouteille d’anis del Mono et compotier avec grappe de raisin ». Il date de 1915.

En 1914, le cubisme est bien loin avec ces verres et bouteilles pour la fête d’Avignon

En 1949, l’humanité progressiste fête les 70 ans du petit père des peuples. Picasso s’exécute à sa façon.

une des versions de cette carte de voeux, il en est bien d’autres…

Le poète catalan Jaime Sabartes fut à partir des années 30 le secrétaire du Maître , qui le charge ici pour son amour du vin.

feutre sur papier, 1959

En 1933 Picasso dessine ce Minotaure tenant une coupe et une amante. La vie est belle, semble-t-il nous dire.

Ce thème inspire le Maître. Voici une autre scène bachique (carrément orgiaque) de la même époque.

Celle-ci est un peu plus sage…

Minotaure buvant et femmes

Vingt ans après (décembre 1956), voici un carreau de céramique représentant Silène buvant (au porro ?) auprès d’un jeune homme qui tient une coupe. Le trait est fin. Du grand art !

Vers la fin de sa vie (années 1969-73), c’est la frénésie créatrice où revient le thème du couple, semblant « lever une coupe éternelle en direction du spectateur »…

Couple à la coupe, 1969

Les larmes du vin

C’est le titre du dernier ouvrage de Daniel Picouly, qui vient de se voir remettre le prix de l’Académie Rabelais aux Noces de Jeannette.

On connait l’homme, sa faconde, sa tchache, son écriture orale, sa sincérité. Il le dit tout net : je suis un escroc, je ne connais pas grand chose au vin ! Et pourtant on l’a accueilli chez les chevaliers du tastevin, au Clos Vougeot, et à la Commanderie des vins des côtes du Rhône à Sablet !

Alors il a cherché dans sa famille, sa bio ; et il en trouvé des traces de vin sur son chemin.

Ca commence par une tache de vin à la naissance, et par les 4 gouttes de champagne administrées derrière les oreilles, les 4 gouttes du bonheur, et les bouteilles envoyées par son parrain à chaque anniversaire. Le litron mis à rafraichir dans la rivière pour attirer les poissons. Sa première cuite (« pompette ») à 10 ans, son cahier d’étiquettes… Sa rencontre avec un clochard à chapka et sa bouteille emmaillotée, son expérience de commis de bar à Orly, servant des baquets au prix du ballon, et la « p’tite côte sans faux-col » de son p’pa. On fait connaissance de toute la famille, papa, m’am, grande soeur, petite soeur (il est le 11ème de 13 enfants), et cerise sur le gâteau, Marie, sa fille chérie, est dans l’assistance (ci-dessous tout à gauche) !

On revoit avec lui la coupe du monde de foot 1958 en Suède où il faut « boire avant de perdre », on assiste aussi au sauvetage improbable de Marie Antoinette par les vins du Postillon, pour le retrouver à plus de 40 ans avec « une gueule de vendange tardive ». On retiendra aussi qu' »un navire qui n’a pas goûté le vin goûtera le sang ! »

(Et on apprend aussi au passage que Claude Villers, le génial animateur du tribunal des flagrants délires et d bien d’autres émissions radiophoniques, avait été catcheur sous le nom de l‘homme au masque de soie.)

Merci aussi à lui de nous remémorer le numéro de Louis de Funès dans l’Aile ou la Cuisse »

Bref Daniel Picouly n’a pas démérité et a pu recevoir son prix sans rougir.

Il ne s’est pas fait prier pour écouler la marchandise,

avec succès !

Quant à l’Académie Rabelais, tous les présents conviendront qu’elle a bien fait les choses ! Merci !

excellent bordeaux blanc

Et on ne montre pas tout !

On conclut avec quelques trouvailles vues dans les salons des Noces, troisième mi-temps de l’Opéra-Comique voisin…

Vert Vert

C’est un conte drolatique, Vert Vert ou les voyages du perroquet de la visitation de Nevers, poème héroïque publié en 1734 par Jean-Baptiste Gresset, dont le héros est un perroquet. Il fit grand bruit à l’époque, et eut une nombreuse descendance au théâtre, à l’opéra-comique mais aussi en peinture, et jusque dans des performances et expositions d’art contemporain (on parlera en fin d’article d’ Oral Texte)..

C’est l’opéra-comique d’Offenbach monté en 1869 qui nous intéresse ici, car il recèle un sympathique air à boire…

Mais racontons d’abord l’histoire : Vert Vert, perroquet ramené d’Amérique, est la mascotte d’un couvent de Visitandines à Nevers, tant il est prolixe en prières et paroles d’Evangile. Il parle latin!

n-
Le Perroquet Vert-Vert au couvent des Visitandines de Nantes, par Jean-Claude Rumeau

Mais, requis par un autre couvent, à Nantes, il est embarqué sur un bateau qui descend la Loire. Durant le long voyage, aux côtés de « deux nymphes, trois dragons, une nourrice, un moine, deux gascons », c’est à un tout autre langage qu’il est confronté :

car, les dragons, race assez peu dévote,
ne parloient là que langue de gargotte ;
charmant au mieux les ennuis du chemin,
ils ne fêtoient que le patron du vin ;
puis les gascons et les trois peronelles
y concertoient sur des tons de ruelles :
de leur côté, les bateliers juroient,
rimoient en Dieu, blasphémoient et sacroient.

On imagine la suite : Vert perd son latin et ne fait que jurer, grand scandale au couvent ; on le renvoie à Nevers, où on l’attend pour le juger. Le voilà encagé, privé de tout. Le châtiment fait son effet :

Couvert de honte, instruit par l’infortune…
…l’oiseau contrit se reconnut enfin :
il oublia les dragons et le moine ;
et pleinement remis à l’unisson
avec nos sœurs, pour l’air et pour le ton,
il redevint plus dévot qu’un chanoine.

Las. Le retour à la vie de plaisirs va lui être fatale :

Du sein des maux d’une longue diette,
passant trop-tôt dans des flots de douceurs,
bourré de sucre, et brûlé de liqueurs,
Ver-Vert, tombant sur un tas de dragées,
en noirs cyprès vit ses roses changées.

Vert Vert meurt, et c’est là qu’Offenbach a choisi de faire commencer son histoire.

Son Vert Vert est un jeune homme, neveu de la directrice du couvent où vient de mourir le perroquet. Peut-être sa réincarnation ? On ne racontera pas l’argument en détail, il suffit de savoir qu’il y a des amoureux, des couples qui veulent se retrouver, et comme dit la RTBF, « on y retrouve des personnages truculents et des quiproquos dans une ambiance très vaudevillesque. »

On se retrouve ainsi à la fin du 2ème acte (scène 14) dans une auberge où l’on va découvrir les talents vocaux de Vert Vert, requis par Corilla la chanteuse de remplacer au pied levé un chanteur défaillant.

Allons ! du vin partout et des chansons légères !
Et ceux qui le voudront pourront casser leurs verres !
Au diable les belles manières, Avec nous, Avec eux, jamais de façons !

Amusons-nous, gais compagnons,
A la dragonne, entre dragons !
Buvons ! chantons !

Et pif ! et paf ! et versez donc, Madame l’hôtelière !
Vos deux mains sont-elles de plomb ? Vous ne les levez guère.
Si la bouteille que voilà ! Est trop lourde, ma chère,
Donnez ! chacun se chargera De la rendre légère !

vient la Chanson

VERT-VERT.

Quand du flacon en flots d’or il s’échappe
Comme un reflet du chaud soleil,
Dont les rayons ont fait mûrir la grappe,
Que j’aime à voir ce vin vermeil.
Je bois à vous, ma belle dame !

LA CORILLA.
Beau cavalier ! je bois à vous.

VERT-VERT.
Le présent enivre mon âme !

LA CORILLA.
Et l’avenir sera plus doux !…

ENSEMBLE.
Versez ! amis ! versez ! toujours !
Ce vin béni par les amours !…

LA CORILLA.
Tout en chantant l’amour et la jeunesse
Buvons ce vin qui vient de loin.
Et de chasser l’importune tristesse,
Gaîment remettons-lui le soin !

VERT-VERT.
Je bois à vous, ma belle dame !

LA CORILLA.
Beau cavalier ! je bois à vous !

VERT-VERT.
Le présent enivre mon âme,

LA CORILLA.
Et l’avenir sera plus doux !

ENSEMBLE.
Versez ! amis ! Versez, toujours.
Ce vin béni par les amours.

Etc.

Signalons le CD d’ Opera Rara selon l’édition de J.C.Keck

Concluons en signalant que les amateurs d’art contemporain ont jusqu’au 23 juillet 2022 pour visiter l’exposition Oral Texte à la Fondation Pernod Ricard , qui propose de revenir sur les origines du langage articulé avec les propositions d’une douzaine d’artistes comme Angélique Buisson qui s’est inspirée du conte de Vert Vert.

Voici des extraits de l’opéra Vert Vert, par Perez et Angélique Buisson

Un disque vinyl et des fichiers audio haute définition sont disponibles sur le site de Duuu éditions

-> et le 6 juillet, performance de Perez  sur une proposition de Angélique Buisson + lancement du vinyle Vert Vert édité par *Duuu

Procession de bouteilles

Il est un petit village de Provence où le 1er juin de chaque année on honore Saint-Marcellin en faisant bénir une bouteille dans la chapelle qui lui est vouée. Le vin qu’elle contient sera réputé un élixir de santé pour qui en boira.

vigne à Boulbon

Le saint est en effet réputé  » bon pèr l’aigo e bon pèr lou vin !  » (bon pour l’eau de la pluie comme pour le vin). Cette tradition existerait depuis 400 ans au moins !

On se rassemble sur la grand-place entre église et mairie.

La municipalité offre généreusement une bouteille de vin local à qui veut. On peut aussi apporter la sienne !

A l’heure dite la procession, porteuse d’une statue du saint et accompagnée par un orchestre de tambours, fifres et cornemuses, se dirige vers La Chapelle située à quelques centaines de mètres.

Seuls les hommes y entreront, ainsi que le veut la tradition, ce qui ne semble indisposer personne. Encore que… il y en ait qui manquent un peu d’humour et de discernement.

A l’intérieur, le prêtre narre l’épisode des noces de Cana en Provençal que l’on se surprend à comprendre tant on en connait l’histoire.

Auprès de lui, deux ecclésiastiques vénézuéliens : Mgr Jose Manuel Romero Barrios, évêque d’El Tigre, venu accompagner le père Joan qui va être installé à Tarascon où l’espère une communauté latine.

On chante avec enthousiasme le « cantico à Sant-Marcelin » :

1. Bourbounen canten un cantico/ A l’ounour de Sant Marcelin
Bèu martir de la glèiso antico/ E patron de l’ago et dóu vin

Refrain : O bèu Sant, per pieta regards / Sus Bourboun et sus si terren ;
Nosti vigno tèn lei gaiardo / De tout tèms te festejaren.

… (7 couplets)

On chante aussi « Prouvencau et catouli », l’incontournable « Coup Santo« , et sur le même air :

« A Sant Marcelin » où l’on demande au bon saint :

Beniras nosti boutiho / Tu que siès tant pouderous
Sauvaras nosti famiho / Em’aqueu vin generous

Après les chants et la bénédiction, chacun débouche sa bouteille et la porte à ses lèvres.

On rejoint alors le village pour danser et festoyer !

Vive Boulbon !

Voici une video ancienne (1967) trouvée sur le site de l’INA

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/raf03025366/la-messe-des-bouteilles-a-boulbon

Les chroniques parisiennes de Louis-Léopold Boilly

Au coeur du Marais le musée Cognacq-Jay est, comme le musée Magnin récemment visité à Dijon, un musée de collectionneur. En ce moment on peut y voir une exposition sur J.L. Boilly, ce peintre nordiste qui au tournant du 18ème au 19ème siècle, sut si bien représenter ses contemporains et la société parisienne.

Boilly adorait se représenter lui -même. Un joyeux drille dirait-on.

Il ne devait pas rigoler comme ça lorsqu‘il fut poursuivi par le Comité de Salut Public en 1794 pour obscénité, ne devant pour le coup son salut qu’à la visite de son atelier où s’affichait un Triomphe de Marat.

Le voici après son souper dans sa salle à manger.

Voici maintenant l’intérieur d’un cabaret.

La distribution de vins et comestibles aux Champs Elysées en 1822 est une grande toile, l’occasion de décrire le peuple de Paris dans sa diversité.

Les détails truculents se passent de commentaires.

C’était une tradition de l’Ancien Régime de régaler ainsi le peuple lors de la célébration de grands événements,( voir « une pinte de vin ou une poignée de mains« ), que s’est-il passé en 1822 ?

( Cette tradition fut abandonnée après la Révolution, mais rétablie sous l’Empire, objet des critiques des jacobins et de libéraux, et liquidée par le Préfet de Police en 1828 (cf l’urgence, l’horreur et la démocratie, essai sur le moment frénétique français 1824-1834 de Maïté Bouyssy, éditions de La Sorbonne ; chapitre 6 : sang impur : Boilly)

Portraitiste, Boilly était aussi graveur, voici quelques spécimens, comme la félicité parfaite…

et les réjouissances publiques (le retour des distributions, 1826)

Et voici une grappe de raisin. Ce joyeux drille, expert en trompe-l’oeil, était un grand artiste.

Pas moyen de quitter l’hôtel Donon, hôtel particulier du 16ème siècle où est hébergé le musée, sans aviser quelques terres cuites comme cette bacchante courant, de Clodion (1803-4), cette Cybèle « la mère de tout », de J-Ch.Morin, et ce buste de faune de Lemire (1785)

Le vin et la santé : consommation et modération

Pour la troisième année, les Rencontres « vin et santé » se sont tenues à la Cité du Vin. Après « Paradoxes et vérités », en 2020, puis « Le vin ? ni diable, ni bon dieu » en 2021, le thème cette année est « Consommation et modération ».

Le séminaire a été introduit par le québécois Hubert Sacy, qui vient après 30 années, de laisser son poste de  directeur général d’Educ’ Alcool, organisme dont la devise est «  la modération a bien meilleur goût ». Il a dénoncé le « moins c’est mieux » de certaines campagnes anti-alcool, car elles ne mènent qu’au « rien c’est bien », ce qui manifestement n’est pas le but. Il faut raison garder entre banalisation et diabolisation, a été son message.

Une première table ronde sur le thème « pourquoi consomme-t-on ?  » a donné la parole à deux professeurs de la Kedge Business School, MM. Olivier Gergaud et Renaud Lunardo, où ils interviennent dans le cadre de la chaire de recherche et d’enseignement dédiée à la consommation responsable du vin, lancée avec le soutien de Vin & Société.

L’analyse des objectifs de consommation met en lumière la dualité relaxation (oublier les soucis, être plus sur de soi)/ recherche du plaisir.

Pascale Hebel du CredoC, et Krystel Lepresle, de Vin & Société, ont présenté les études de leurs organisations lors d’une deuxième table ronde sur le thème consommation et alimentation.

Le CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) qui mène ses enquêtes tous les 3-4 ans, constate l’évolution des usages (suivant l’évolution des modes  de vie) avec une augmentation de la consommation hors repas et hors domicile, dans un contexte général de diminution la consommation du vin (-50% en 15 ans !)

Vin et Société est une association qui représente les 500 000 acteurs de la filière viticole-vinicole, est l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics. V&S a établi une typologie des consommateurs : traditionalistes, gastronomes, « becs sucrés », BBQ (mangeurs de viande), consommateurs de rue, apéro-Giles et végétariens.

La consommation de vin est clairement corrélée aux repas pris en groupe, où l’accord mets vins est recherché. Il est important de dialoguer avec les jeunes pour la pérenniser.

La sommelière Caroline Furstass est venue ensuite présenter sa riche  expérience de sommelière en restauration, puis l’oeno-zytologue Fabrizion Bucella a intéressé l’auditoire à la bière et à l’extension de sa consommation. Depuis 1960, la consommation de vin a baissé de 66% tandis que celle de la bière a augmenté de 20%. La bière petit à petit préempte les codes du vin, avec le développement de la dégustation (verre Teku), et l’accompagnement des repas.

verre Teku

La prévention des conduites à risque, notamment auprès de la jeunesse, a été présentée par la majore psychologue Sonia Benbelaid-Cazenave,  du M2PF33 (Maison de la prévention et protection des familles). La mise en garde contre les risques n’est pas suffisante, on recourt au développement des compétences psychosociales, avec des programmes  comme unplugged ou encore Jada. Ensuite le psychiatre Jean-Michel Delile a exposé les mécanismes de l’addiction, qui conduit à une perte de contrôle du sujet sur sa consommation.

Finalement,Jean-Claude Rue, coordinateur scientifique de l’OIV, a exposé la politique anti-alcoolique de l’OMS qui prône le renforcement des restrictions et l’augmentation des taxes.

Cette riche journée a été conclue par Hubert Sacy avec un plaidoyer pour le goût de la consommation raisonnée du vin !

Meilleurs Voeux

 En ce début d’année 2022, recevez, chers lecteurs, les meilleurs voeux du bon clos.

Tout ne va pas pour le mieux dans ce monde de virus et de brutes, mais nous avons avec nous Bacchus et son divin nectar. 

Partageons avec lui la latine devise de l’Ordo Equestris Vini Europae: 

« Amicitia per vinum »

Comme chaque année, nous rappelons quelsques bons crus de l’année écoulée.

Et tout d’abord, ce jeu de l’oie créé dans les années trente par une officine dépendant du Ministère de l’Agriculture, le Comité National de Propagande en Faveur du Vin.

Souriez et fêtez vos anniversaires avec l’illustrateur britannique Quentin Blake

Buvez à la santé du courant électrique avec Philippe Hersant et Jean Echenoz auteurs des Eclairs

Réécoutez les chansons de l’auteur-compositeur interprète suédois Carl Michael Bellman, entendues en regardant le film danois Drunk

Revivez le symposium des vignes d’Ile de France qui s’est tenu cet automne à Auvers/Oise, ou découvrez-le.

Allez découvrir les traditions viticoles de la Roumanie où le Consultat de l’Ordo Equestris Vini Europae tenait son festival

Visitez à la cité du vin de Bordeaux l’exposition Boire avec les dieux

Chantez avec Erik Slaviak et son groupe Josef Josef « un petit verre à la vie » (a glesele l’chaim)

Faites connaissance des Chevaliers de Méduse, cette confrérie aux origines anciennes et aux étranges coutumes, qui défend les vins de Provence

Faites une cure de « chat » avec Philippe Geluck

Et prenez conscience que les émeutes étaient courantes sous l’Ancien Régime, notamment dans le domaine du vin.

Encore une fois, meilleurs voeux à tous !

Au Symposium des vignes d’Ile de France à Auvers/oise avec Cocorico

Il s’est finalement tenu, ce Symposium tant attendu. Nulle nième vague ne l’a contrarié, et quelques vingt-cinq confréries et associations franciliennes s’y sont retrouvées, dans ce joli village d’Auvers/Oise, pour partager des connaissances, parader, admirer des oeuvres artistiques mais aussi trinquer, faire bonne chère et la fête.

Si l’on se replace en novembre 2020, date où le comité d’organisation s’est pour la première fois réuni, il fallait avoir un sacré optimisme pour investir dans ce projet.  Saluons donc Michel Devot, président de Cocorico, la municipalité d’Auvers/Oise et le Pressoir Auversois, association invitante, pour s’être lancés dans l’aventure.

Une fois montrée patte blanche (on aura compris qu’il s’agissait du passe sanitaire) la journée commença par des conférences sur des thèmes viticulturel, oenologique, historique, artistique et gastronomique.

Denis Boireau, un scientifique bien connu des amis du bon clos, fit le point sur les cépages résistants aux maladies de la vigne comme l’oïdum et le mildiou, fruits de recherches ancienne et récente,

et incita vivement les cultivateurs de vignes patrimoniales  à s’y intéresser. (Nous avons déjà visité son « arboretum » d’Epinay/Orge.)

Gabriel Lepousez, neurobiologiste, chercheur à l’institut Pasteur et concepteur d’une formation à l’Ecole du Nez de Jean Lenoir, fit sensation en décrivant précisément les fondements anatomiques et physiologiques de l’olfaction : 400 capteurs, situés dans l’épithélium olfactif, permettant d’identifier des milliers (potentiellement des milliards) de molécules, sont reliés aux neurones de la zone nasale du cerveau.

Encore faut-il avoir les bons gènes pour que ces associations soient activées. D’un individu à l’autre, on observe des seuils de sensibilité extrêmement variés, dans un rapport de 1 à 1000 voir plus. Le plus beau nez du monde ne peut donner que ce qu’il a ! L’entrainement n’y remédiera pas, mais il permettra (ce qui n’est pas rien) de mettre des mots sur ce qui est ressenti. Il décrivit également le phénomène de rétro olfaction, qui opère lors de l’ingurgitation et échappe donc aux dégustateurs qui recrachent le vin. Et il fit valoir que les neurones de la zone nasale du cerveau ont la faculté de se régénérer.

Michel Miersman, de la Confrérie du Clos Saint-Vincent de Noisy-le -Grand, est venu faire part de la démarche qui lui a permis d’écrire un livre sur 1300 ans d’histoire de la vigne et des vignerons de Noisy-le-Grand,

sans quasiment sortir de son bureau, tant il y a d’informations et de documents (comme le « terrier ») disponibles en ligne.

Robin Bourcerie, jeune musicien et musicologue auteur d’une thèse sur les airs à boire du 17ème siècle en exprima la substantifique moëlle en les situant dans le contexte des moeurs de l’époque : 

types de vins, circuits d’approvisionnement et lieux de consommation, en mettant l’accent sur l’explosion créatrice (des milliers d’airs publiés dont 2425 analysés dans sa thèse) et l’importance du cabaret.

Enfin Thierry Bitschené, de la confrérie du Brie de Meaux, a présenté son fromage d’élection au moyen d’un petit film,

et invité les participants à s’en faire une idée plus précise lors du déjeuner qui s’ensuivit.

Après le buffet campagnard, qui valait bien celui du temps béni des Galeries Barbès,

l’heure est venue de se mettre en tenue pour défiler dans les rues d’Auvers,

ci-dessus Jean-Claude Pantellini, président du pressoir Auversois, entre à gauche Isabelle Mézières, maire d’Auvers/Oise, et à droite Martine Rovira, maire adjointe

et, au son des corps de chasse du Rallye Vau-Vent

et des cabrettes, accordéons et vielles de la Bourrée Montagnarde,

rallier l’église,  immortalisée jadis par Vincent Van Gogh,

où une bénédiction attendait les quelques vingt-cinq confréries présentes.

C’est un autre Vincent qui tenait fièrement la bannière de Clamart.

De l’église, en longeant les vignes où sont Saint-Vincent et Bacchus,

, on partit vers la mairie où les véhicules du Vexin Classic paradaient à l’arrêt. On y retrouva la conseillère régionale Babette de Rozières, déléguée à la gastronomie, heureuse de retrouver les confréries.

Quelques heureux trouvèrent là une alerte guide pour explorer en privé les ruelles du village,

On aura reconnue Edith Monti, artiste peintre anversoise dont les lecteurs du bon clos ont déjà fait la connaissance et que nous remercions pour son accueil

découvrir le musée et les vignes Daubigny et pousser jusqu’à l’atelier du maître en  passant au pied de l’escalier de Van Gogh.

Le reste de la troupe put découvrir la médiathèque où le dessinateur humoriste Michel Roman

et les enfants des écoles exposaient leurs oeuvres artistiques et poétiques.

Enfin vint l’heure du diner servi par le traiteur Bernard Dieu et animé par Frank Dorès, Léna et leurs danseuses. 

Après les salamalecs et remerciements de tous ordres,

On reconnaitra au centre Pierre Douglas, avec sa gauche Isabelle Mézières, maire d’Auvers, puis J.C.Pantellini, président de Pressoir Auversois, et Michel Devot, président de Cocorico ; et à sa droite, Michel Mella, Jean-Pierre Gimbert, Marc Lesk, J.P.Faury et Martine Rovira, maire-adjointe

vint l’heure de la proclamation des résultats du concours des vins d’ile de France et de la remise des diplômes par l’accorte Edith Monti.

Le jury était présidé par Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde… 1992 et président de l’Union Française des Sommeliers, assisté de Laetitia Trouillet Martin, de l’institut oenologique de Paris. Avec  4 autres dégustateurs chevronnés, ils avaient eu à juger 51 vins des années 2019 et 2020, principalement des blancs, présentés par 23 confréries et associations, et ont décerné 3 médailles d’or, 7 d’argent et 8 de bronze et quelques prix d’encouragement.

Comme les résultats étaient annoncés en commençant  par les diplômes de moindre importance, l’on pouvait lire sur les visages des premiers nominés la déception d’être appelés si tôt, et sur ceux de ceux qui ne l’étaient pas encore l’espoir, de plus en plus ténu  au fur et à mesure des appels, de l’être pour une plus haute récompense… Dura lex sed lex!

les lauréats du concours des vins

Ce n’est pas si facile de faire un bon vin, le Bon Clos adresse ses félicitations aux médaillés, et ses encouragements à tous les participants !

On pourra voir les résultats complets sur le site de Cocorico.

Avec l’Ecole de Paris

Au début du 20ème siècle, nombreux étaient les artistes, peintres, sculpteurs, qui ont rallié Paris et se sont installés à Montparnasse ; beaucoup étaient des juifs fuyant la la misère et les pogromes de l’Empire russe. Parmi eux Chagall, Soutine, Modigliani, etc. Bien que de styles et d’inspiration très diverses, on les appelle l’Ecole de Paris. Le musée d’art et d’histoire du judaïsme leur consacre une exposition. Nous en rapportons quelques images.

Comme cette nature morte de Chaïm Soutine qui date de 1916

Ce petit tableau (à Montparnasse) est d’Oser Warszawski. Né en Pologne en 1896, il se met à peindre à Paris dans les années 20. réfugié en Italie pendant la guerre, il sera quand même déporté et ne reviendra pas.

Voici une litho de Lou Lazard, « à Montmartre« (1925)

On doit la photo qui suit à Marc Vaux,qui photographia les oeuvres des artistes de Montparnasse. L’oeuvre est d’Adolphe Feder, qui naquit à Odessa vers 1886 et mourut à Auschwitz.

Georges Wolinski n’était pas de cette génération. Grand dessinateur au destin tragique lui aussi, il nous fait toujours sourire. Voici un dessin vu aux Beaux Arts de Paris où il y a actuellement une exposition en son hommage.