Hamlet

On rejouait ces temps-ci l’opéra d’Ambroise Thomas inspiré de la pièce de WS bien sûr.
C’est à l’Opéra de Saint-Etienne que l’ami François, fidèle rabatteur du Bon Clos, a repéré deux airs qui ont toute leur place ici.

Il y d’abord cet air assez classique de l’acte II « O vin dissipe la tristesse ». Hamlet, qui vient de comprendre que son père a été assassiné, demande, au cours d’un festin, à des comédiens de jouer l’assassinat d’un roi.

Ò vin, dissipe la tristesse
Qui pèse sur mon coeur!
A moi les rèves de l’ivresse
Et le rire moqueur!
O liqueur enchanteresse,
Verse l’ivresse
Et l’oubli dans mon coeur!
Douce liqueur!
La vie est sombre
Les ans sont courts;
De nos beaux jours
Dieu sait le nombre
Chacun hélas! Porte ici-bas
Sa lourde chaîne!

Ecoutons le grand baryton Robert Merril

Mais c’est le dialogue des fossoyeurs, préparant la tombe d’Ophélie, au Vème acte qui nous frappe le plus :

Dame ou prince Homme ou femme descendez chez les morts.
La terre reprend les corps, que Dieu reçoive l’âme.
Ici-bas tout est vain, amour richesse et gloire
Hors le plaisir de boire, la vie est dans le vin !

Voici la version de l’Opéra de Toulouse, avec les fossoyeurs Jean-Louis Mélet et Rodolphe Briand.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s