Nichts labt mich mehr als Wein

Rien ne me rafraîchit plus que le vin…

C’est le titre d’un canon de Mozart (KV 233) qui daterait de 1782.

En voici les paroles

Nichts labt mich mehr als Wein;
er schleicht so sacht hinein,
er schleicht so sacht, er schleicht sacht hinein!
Er netzt, wenn alles gleich lechzet,
die trockenen Kehlen allein;
läßt wenn Murrkopf auch ächzet,
stets fröhlich mich sein.
Drum schwingt mit mir die Gläser! Stoßt an!
Laßt alle Sorgen sein! Stoßt an!
Wir ersäufen sie im Wein!

il coule en nous si doucement, humectant les gorges sèches…

brandissons nos verres, trinquons ! oublions tous nos soucis, noyons les dans le vin !

En voici d’ autres versions sur classical-music-online.net et grooveshark.com

L’histoire de ce canon est un peu sulfureuse. Sa version originale ne serait-elle pas « leck mich im arsch » ? Et est-il bien de Mozart ou plutôt de Wenzel Tnrka ?

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s