Quand Gaillac fête ses vins

C’est avec bonheur que nous sommes repassés dans cette cité du Tarn, qui fête ses vins chaque année début août. Ils sont toujours aussi bons, et ont cette propriété de « permettre à chacun de rentrer chez soi avant d’avoir le cerveau brouillé » !

 Est-ce dû à la vertu des cépages résolument locaux (Luenh de l’uelh -loin de l’oeil, mauzac  pour le blanc ; fer servadou appelé aussi braucol -un cousin du cabernet, duras, prunelard pour le rouge… ) ?

La fête, avec ses dégustations

Pascal Bonno, directeur du château Labastidié, sur son stand

et ses concerts se tenait comme tous les ans au parc de Foucault. C’est là aussi que la Confrérie de l’Ordre de la Dive Bouteille de Gaillac tint son 43ème chapitre le dimanche 7 août. Nous avons eu la chance d’y participer, sous le chaud habit des Echansons de France.

Après un petit déjeuner roboratif,

ayant revêtu leurs habits d’apparat, les représentants de 24 confréries ont franchi l’arc triomphal élevé pour la circonstance,

et parcouru en musique les rues de la ville

pour rejoindre l’église Saint-Pierre et assister à l’office.

Il y avait là les maîtres-vignerons du Frontonnais,

les Echansons de Saint-Bourrou, qui défendent l’AOP Marcillac-Vallon en Aveyron

la Génération Géminian, confrérie bachique de Cuxac d’Aude en Narbonnaise

la commanderie des grands vins de Gaillac à Toulouse

la Jolie Treille de Saint-Joseph et de l’Hermitage

la confrérie du raisin d’or (en pays de Sigoulès, Périgord pourpre)

et bien d’autres confréries bachiques

quelle est celle-ci?

et gastronomiques comme celle de nos amis du Brie de Melun

Il faisait chaud et le perlant de Labastide généreusement servi à la sortie permit d’étancher la soif lancinante.

De retour au parc, commença le chapitre proprement dit, sous la houlette du Grand Chancelier Henri Plageoles,

assisté par le Commandeur Michel Houdet est les autres membres de la confrérie.

Après l’intronisation de personnalités locales (parmi lesquelles le tout nouveau préfet du Tarn FX Lauch, et le curé de Gaillac Pierre-André Vigouroux),

ce fut le tour des « confrères » comme ces deux Echansons Daniel et Marc venus de Paris.

Tous ont été adoubés par Bacchus, Noé, Saint-Vincent et Rabelais, et ont prêté serment après avoir bu (sec) la coupe de vin blanc sec.

Le repas qui s’ensuivit donna l’occasion de faire connaître quelques chansons connues des lecteurs du bon clos.

Merci amis de Gaillac, pour cette belle fête et l’honneur qui nous a été fait.

Pour les amateurs, il faut savoir qu’en même temps que cette fête, se déroule celle de l’ail rose de Lautrec, occasion de découvrir un village historique,

d’y déguster la fameuse soupe à l’ail, et d’assister au record de la plus longue tresse (24,20 m).

A Albi tout proche ne pas rater cette fresque en trompe l’oeil.

« Bon jus de la treille, vins, charbon à domicile »

Le musée Lautrec nous remémore la citation du maître : « je boirai du lait quand les vaches brouteront du vin » et recèle quelques toiles intéressantes, comme ces vendanges à Celeyran où le maître a passé une partie de sa jeunesse (vers 1880-83)

et cette scène « au café » (femme au bar, après 1884) )de son ami Federico Zandomeneghi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s