Le vin et la santé : consommation et modération

Pour la troisième année, les Rencontres « vin et santé » se sont tenues à la Cité du Vin. Après « Paradoxes et vérités », en 2020, puis « Le vin ? ni diable, ni bon dieu » en 2021, le thème cette année est « Consommation et modération ».

Le séminaire a été introduit par le québécois Hubert Sacy, qui vient après 30 années, de laisser son poste de  directeur général d’Educ’ Alcool, organisme dont la devise est «  la modération a bien meilleur goût ». Il a dénoncé le « moins c’est mieux » de certaines campagnes anti-alcool, car elles ne mènent qu’au « rien c’est bien », ce qui manifestement n’est pas le but. Il faut raison garder entre banalisation et diabolisation, a été son message.

Une première table ronde sur le thème « pourquoi consomme-t-on ?  » a donné la parole à deux professeurs de la Kedge Business School, MM. Olivier Gergaud et Renaud Lunardo, où ils interviennent dans le cadre de la chaire de recherche et d’enseignement dédiée à la consommation responsable du vin, lancée avec le soutien de Vin & Société.

L’analyse des objectifs de consommation met en lumière la dualité relaxation (oublier les soucis, être plus sur de soi)/ recherche du plaisir.

Pascale Hebel du CredoC, et Krystel Lepresle, de Vin & Société, ont présenté les études de leurs organisations lors d’une deuxième table ronde sur le thème consommation et alimentation.

Le CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) qui mène ses enquêtes tous les 3-4 ans, constate l’évolution des usages (suivant l’évolution des modes  de vie) avec une augmentation de la consommation hors repas et hors domicile, dans un contexte général de diminution la consommation du vin (-50% en 15 ans !)

Vin et Société est une association qui représente les 500 000 acteurs de la filière viticole-vinicole, est l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics. V&S a établi une typologie des consommateurs : traditionalistes, gastronomes, « becs sucrés », BBQ (mangeurs de viande), consommateurs de rue, apéro-Giles et végétariens.

La consommation de vin est clairement corrélée aux repas pris en groupe, où l’accord mets vins est recherché. Il est important de dialoguer avec les jeunes pour la pérenniser.

La sommelière Caroline Furstass est venue ensuite présenter sa riche  expérience de sommelière en restauration, puis l’oeno-zytologue Fabrizion Bucella a intéressé l’auditoire à la bière et à l’extension de sa consommation. Depuis 1960, la consommation de vin a baissé de 66% tandis que celle de la bière a augmenté de 20%. La bière petit à petit préempte les codes du vin, avec le développement de la dégustation (verre Teku), et l’accompagnement des repas.

verre Teku

La prévention des conduites à risque, notamment auprès de la jeunesse, a été présentée par la majore psychologue Sonia Benbelaid-Cazenave,  du M2PF33 (Maison de la prévention et protection des familles). La mise en garde contre les risques n’est pas suffisante, on recourt au développement des compétences psychosociales, avec des programmes  comme unplugged ou encore Jada. Ensuite le psychiatre Jean-Michel Delile a exposé les mécanismes de l’addiction, qui conduit à une perte de contrôle du sujet sur sa consommation.

Finalement,Jean-Claude Rue, coordinateur scientifique de l’OIV, a exposé la politique anti-alcoolique de l’OMS qui prône le renforcement des restrictions et l’augmentation des taxes.

Cette riche journée a été conclue par Hubert Sacy avec un plaidoyer pour le goût de la consommation raisonnée du vin !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s