La Khamriade (l’éloge du vin)

Ou plutôt la Khamriyya est l’oeuvre d’un poète égyptien du 13eme siècle rencontré récemment à la Percée du Vin Jaune , Umar Ibn al-Faridh,   » Sidi Umar « .

Il chante cet éloge du vin étonnant en terre d’Islam. C’est que le vin dont il s’agit est d’essence divine ?

Les traductions sont infidèles. Voici l’une, d’esprit mystique :

Nous avons bu à la mémoire du Bien Aimé un vin qui nous a enivrés avant la création de la vigne

Notre verre était sa pleine lune, lui, il est un soleil ; un croissant le fait circuler

Que d’étoiles resplendissent au fond du verre quand on s’en abreuve

 

Sans son parfum, je n’aurais pas trouvé le chemin de ses tavernes

Sans son éclat, l’imagination ne le pourrait concevoir.

( Dermenghem Emile, Omar ibn af-Fârid, L’éloge du vin, poème mystique, traduction de E. Dermenghe)

Nous en avons retrouvée une autre complète assez différente dans une anthologie de poésies arabes rassemblées et commentées par Grangeret de Lagrange parue en 1828.

Umar Ibn Al_FAridh est peut-être le plus grand poète mystique d’Egypte, où il est fêté comme un saint. Voir l’article passionnant de Pierre-Jean Luizard dans Egypte monde arabe n°14 1993.

entete

khamriade1

 

kham2

kham3

kham4

kham5

kham6

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s