Quand je suis paf

Une amie du clos vient de nous faire (re?)découvrir l’inoubliable « quand je suis paf » immortalisé par Marguerite Deval

margueritedeval

dans « mon amant », opérette de J. Ardot – M. Lupin – C. Alix qui commence à dater (1932), et dont Paulus disait (mémoires, chap 32 )

« Marguerite Deval, un diable en jupon ! une Strasbourgeoise ultra-parisienne ; a fait les délices  de toutes les scènes où elle a joué ; excelle à lancer le couplet grivois ; les comptes-rendus de la critique sont clichés pour elle : «Hier, Marguerite Deval a été acclamée»  »

Merci Céline !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s