Chapitre des échansons de France

C’est sous le signe de l’Argentine que le chapitre d’octobre des Echansons de France s’est tenu ce dimanche 25 octobre, preuve s’il en fut de l’esprit internationaliste de cette belle Confrérie. On y a vu l’illustre oenologue Michel Rolland, débarqué du bout du monde (et sans doute y repartant) avec force valises, intronisé comme Grand Officier,

mrollandetclaudeavec d’autres impétrants parmi lesquels on reconnaitra le Docteur Jean-Pierre Rifler,

intronisés médecin et oenologue, spécialiste du « french paradox », et, last but not least, notre camarade Gérard Maurice dont on pourra lire le compliment plus bas.

gérardetclaudeMais parlons des vins d’Argentine proposés par  EVA (El Vino Argentino de Juan Pablo Monserrat) et sélectionnés par la grande Pipetière Monique Josse pour accompagner une mémorable et gastronomique collation (empanadas, bife angosto salsa chimichurri, dulce de leche helado…).

Nous retenons le Festivo de la bodega Monteviejo (Torrentès, cépage argentin emblématique du pays) vin blanc sec d’altitude délicatement fruité,

festivoet le fameux Monteviejo colecciones 2009 « édition limitée », assemblage de malbec (80%) et de syrah (20%) cultivé et élevé à 1100 m d’altitude dans la Vallée de l’Uco, au pied de la cordillère des Andes, et  dont l’étiquette reproduit le tableau Paris-Buenos Aires d’Antonio Segui, (1991)

monteviejoqui illustre un passage fantastique entre ces deux cités -ce qui nous rappelle certaine nouvelle de Julio Cortazar (Autre ciel).

Il n’y eut pas de concert du Souffle de Bacchus, ce qui n’empêcha pas certaine tablée d’entonner les grands standards de la chanson à boire, quelle ambiance mazette !

Compliment d’intronisation de Gérard Maurice

Voici venir vers nous un singulier garçon
Qui, sensible à je n’ sais quel mystérieux attrait
Depuis quelques années caresse le souhait
D’entrer dans notre belle Confrérie d’Echansons.
lecomplimentCertes il fut élevé loin de la religion
Du vin, il n’eut pas la tétée au jus d’octobre*,
Et toute son enfance désespérément sobre
Il n’eut pour ce breuvage nulle prédilection.
Ainsi consacra-t-il ses forces et sa jeunesse
A exceller dans les sports les plus assoiffants
Courant à perdre haleine, marchant, roulant, glissant
Sautant et bondissant et navigant sans cesse.
Mais le destin un jour sourit à ce bon fils.
Son père lui commanda d’aller dans le Médoc
Collecter quelques vins du côté de Moulis.
Il faut bien l’avouer ce fut pour lui un choc.
Ayant dans l’assurance fait toute sa carrière
L’homme ne pouvait prendre cela à la légère
Il décida de faire son éducation
Et d’étudier à fond la dégustation
Auprès d’un « nez » ma foi des plus considérés
Et pour ses qualités maintes fois décoré**.
C’est alors qu’il connut du vin tous les mérites.
En pratiquant son art il progressa bien vite,
Il dégusta des crus de toutes les contrées.
Quelques années plus tard le voici affairé
A courir les jurys des concours généraux
Où il siège (et parfois qu’il préside, n’est-ce pas trop ?)
Il a pour nom Maurice, se prénomme Gérard,
Il vit à Palaiseau mais naquit à Clamart
Deux cités qui ont vu renaitre la culture
Oubliée de la vigne et où quelques mordus
S’acharnent à produire du vin comme nous l’aimons.
Notre ami s’y active fort et doublement,
Taillant, triant, pressant et bien sûr festoyant
entre deux marathons et trois courses de fond
qui le voient parcourir nos vignobles chéris
En Beaujolais, Médoc, cotes de Blaye, Cheverny
Grand-Maître, convenez qu’avec ce pedigree
Nous pouvons recevoir ce Gérard de bon gré !
* un emprunt dont tonton Georges nous absoudra !
**  Alain Segelle

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s