Macbeth

L’opéra de Verdi, que l’on pouvait voir récemment à l’Opéra de Toulon, comporte un air à boire : Si colmi il calice

Si colmi il calice di vino eletto;	  Qu'on remplisse la coupe d'un vin de choix ;
Nasca il diletto, muoia il dolor.	Que naisse le plaisir et meure la douleur.
Da noi s'involino gli odi e gli sdegni, Que s'envole loin de nous la haine,
Folleggi e regni qui solo amor...	Et que seul règne l'amour...
Gustiamo il balsamo d'ogni ferita,	Goûtons à ce baume qui guérit les blessures,
Che nuova vita ridona al cor		et qui ranime les coeurs.
Cacciam le torbide cure dal petto;	Chassons les noirs soucis;
Nasca il diletto muoia il dolor.	 Que naisse le plaisir et meure la douleur.

Mais… qui veut trinquer avec Lady Macbeth ?

Voici cet air chanté par La Callas en 1952

et le voila par Paoletta Marrocu

Ici avec Mara Zampieri

Shirley Verett à l’Opéra de Paris en 1984, piu lento

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s