Du champagne pour Noël

Célibataire ! Orphelin ! Divorcé(e) ! Veuf (ve) ! Mal-Aimé ! Ne passez pas Noël tout seul !

Apprenez avec Pierre Dac comment, avec seulement quelques verres même vides de Champagne,

flutes

passer le plus beau Noël de sa vie…

bouteilles

Et c’était en 1939…

J’ai passé
la nuit de Noël
tout seul
dans le petit bureau
qui sert
de salle
de rédaction…
Tout seul d’abord..
Puis je disposai
sur la table,
des verres,
et j’en mis un
devant le souvenir
de chacun
de mes camarades
absents…

Alors, soudain,
tandis que le seul
silence
parlait à ma mémoire,
le miracle se produisit :
derrière chaque verre
apparurent les chères
silhouettes
de ceux
que j’étais accoutumé à voir :
Toi, mon cher Claude Dhérelle,
mon vieux frère d’armes
maintenant lieutenant
d’infanterie de forteresse,
vous, Salardenne,
qui des ailes de Pégase
êtes sauté sur celles
de l’aviation,
Albin Jamin,
net et droit
comme l’âme des pionniers
que vous commandez ;
Pierre Devaux
dont le souriant
et nonchalant scepticisme
a son prolongement
quelque part
au front,
et puis vous tous
l’admirable cohorte
du rire bienfaisant ;
lieutenant Pruvost, maréchal de l’humour,
Carrizey, hors classe, quoique soldat de deuxième ;
Moisan,
Effel, le poète sous le casque ;
Henry, premier du nom,
et otus les autres
vous étiez là…

Nous n’avons choqué
personne,
mais nos verres,
à la victoire
et à la paix ;
les verres pourtant
étaient vides
de champagne,
mais tellement
pleins d’espoir
quer notre humble
salle
en était imprégnée…
Et depuis
cette nuit,
mes chers camarades,
nous ne nous quittons plus
puisqu’à chaque
minute du jour
et de la nuit
vous êtes dans mon coeur
cependant que ma
pensée
s’est divisée en secteurs
pour être toujours
présente
à vos côtés…

 

J’ai passé
tout seul,
dans le petit bureau,
le plus beau Noël de ma vie…

pierredac

Au bistrot d’à côté

C’est un bistrot « beaujolais » qui se trouve rue Lalande à Paris 14eme ; il est tenu par l’ex-équipe du vin des rues (Stéphane Allain et Laurent Cazaux).

photoauvindesrues

On y sent comme un parfum de nostalgie…

auvindesrues

Dans les assiettes, notre patrimoine culinaire (Ah cette cassolette de tripes qui nous est passée sous le nez ; et ce Confrelins de Chorey-les Beaune des frères Arnoux… Surtout ne pas rater le savarin au rhum) et sur les murs notre patrimoine « spirituel » si l’on peut dire : répliques cultes de la traversée de Paris et d’Audiard…

Il y a aussi ces curiosités

cuveedugrandpaddock

oeuvre du patron ?

alambic

un alambic de poche

 

affiche

une affiche qui réconcilie oeno et haltéro-philie

(oeuvre de Michel Tolmer, qui expose jusqu’au 19 décembre au Paul Bert dans le 11eme, on y court !)

epaulejete

Un lundi sur deux on peut y écouter « Patrick et Gigi » revisiter le patrimoine musette. Quelle ambiance !

patricketgigi

Les voici dans le petit vin blanc

lepetitvinblanc1

patetgigi2

patetgigi

Fête du millésime à Bandol

Dimanche dernier 5 décembre, Bandol fêtait comme chaque année depuis 1982 le millésime, vingt-neuvième du nom et tout un chacun pouvait goûter à loisir le vin nouveau des vingt-neuf châteaux (un hasard ?) participants à l’évènement.

tousleschateaux

vuegenerale

Cette année la fête étant sous le signe de la fête foraine. Chacun l’a décliné à sa façon.

1ere halte chez Bunan, et déjà du mal à repartir !

bunan

15 étapes plus loin, chez Pibarnon c’est la voyante qui tient la scène…

saintvictoretlavoyante

La fanfare jouait Misirlou

musiciens

et les fleurons des arts forains reprenaient l’air.

grandfakir

archerdorient

passeboule

reflexesenvol

troumadame

10 étapes plus loin, la Chrétienne de l’indomptable Thierry Simon. Tiens, une voyageuse s’est glissée sur le stand… la découvrirez vous ?

chretienne

Nous n’étions plus là lorsque les résultats du concours des longues gardes 2010 furent proclamés (les 3 vins rouges jugés les plus aptes au vieillissment par un jury d’experts).

Les lauréats sont les Domaines Bunan, La Bastide Blanche et Domaine Val d’Arenc. Bravo à eux !

 

Lavinia

On ne présente pas  ce grand caviste de la Madeleine qui dispose notamment d’un espace restauration où les vins consommés sont disponibles au prix magasin. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas cher. Difficile de trouver une bouteille à moins de dix euro dans ce temple du luxe oenologique.

Soit dit en passant, Lavinia est le nom d’une Latine qui donna un fils à Enée (Silvius). Phonétiquement c’est la vigne en portugais (vinha), en italien (vigna)  en espagnol (viña). D’ailleurs Lavinia nous vient d’Espagne.

Chaque année leur catalogue commande une couverture à un artiste ; nous retrouvons quelques auteurs connus : Ben, Di Rosa, Boisrond onrt réalisé des oeuvres pour Puech Haut . Le bon clos a rassemblé ces couvertures pour ses lecteurs (elles sont visibles dans le magasin et dans le catalogue de l’année).

Les voici, en remontant le temps :

gordillo

 

Gordillo 2010

ben

Ben Vautier 2009 (déjà connu au bon clos)

adami

Valerio Adami (2008)

boisrond

François Boisrond (2007)

dirosa

hervé di rosa (2006)

erro

Erro 2005

arroyo

Eduardo Arroyo 2004

telemaque

Hervé Télémaque 2003

maza

Fernando Maza 2002

blasco

Elena Blasco 2001

ramos

Willy Ramos 2000

la rencontre de l’art contemporain et du vin

C’est ce que nous propose Pays d’Oc IGP , avec l’exposition d’oeuvres d’un jeune peintre, sculpteur et vidéaste, Patrice Palacio , sous cette belle coupole du Printemps construite en 1923 par la maître verrier Brière,

(jusqu’au 22 décembre  au sixieme étage du bâtiment Est sur le Bd Haussman).

lacoupole

Tout un programme ! Car à y réfléchir il y a quelques points communs entre ces industries qui cherchent à nous séduire, à nous surprendre, nous faire réfléchir, parfois nous arnaquer et toujours nous taxer.

Nous y avons pris quelques photos et laissons les lecteurs du bon clos juger par eux mêmes.

angelot

Angelot

satyre

Satyre inspiré de Rubens

rubenssatyr

coupdepompe

« coup de pompe », évocation de la jeune fille endormie (Vermeer 1656)

vermeerfemmeendormie

ceprouge

crucifixion en rouge ? référence explicite au vignoble rouge (Van Gogh 1888)

vangoghvignesrouges

raboteurs

aux raboteurs de parquet (Caillebotte 1875): le sillon de parquet tel le sillon de vigne, et bien sûr la bouteille

raboteursdecaillebotte

vendange

vendange :vision prosaïque avec ces cagettes empilées

femmeconduisant

femme conduisant dans un paysage de vignes : on est ici bien loin du « modèle » invoqué (Boticelli).

portraitboticelli

C’est un travail de mémoire nous dit-on, d’une enfance, d’un père vigneron, d’odeurs, d’ambiances…

Et les vins du pays d’oc dans tout ça ? On pourra les découvrir au grand tasting les 10 et 11 décembre au Carrousel du Louvre.

L’âme du rouquin

Voici une chanson de Léo Ferré qui date de 1955 (in les années Odeon vol.2).
On peut l’écouter sur deezer.com

A coups d’ roulis
A coups d’ rouquin
Il n’est pas dit
Qu’ ça fass’ très bien
Moi j’ m’enlumin’ le genre humain
Du tiers du quart
Tout m’est égal
Mais quand l’ cafard
Déball’ ses mall’s
Moi j’ me débin’ jamais trop tard

L’âme du rouquin
C’est comm’ Chopin
Ça gueule un peu
Dégueule en deux
Ça va ça vient
Ça fait coup double
Et l’on s’ dédouble
En deux copains
Ça fait qu’on n’est jamais tout seul
Quand on s’ technicolor’ la gueul’
L’âme du rouquin
C’est comm’ Chopin
Suffit d’en jouer
Pour s’y bercer

Qu’ j’y voye tout blanc
Ou bien rosé
Ça m’fait bon vent
Et bon gosier
Mais quand j’ vois roug’ ça fait jaser
Y’a du canon
Dans la contrée
Ah ! nom de nom !
Quel bien ça fait
Mais quand ça boug’ y’a plus d’ question

L’âme du rouquin
C’est comm’ le pain
Ça fait pousser
Les p’tits français
Ça va ça vient
Ça fait coup double
Et l’on s’ dédouble
En moins de rien
Paraît d’ailleurs qu’on s’rait les seuls
A s’technicolorer la gueul’
Nous on s’en fout
Buvons un coup
Que chante enfin
L’âme du rouquin

Salut ironique à Baudelaire qui écrivit l’âme du vin ?  demande J.Layani sur son site Leo Ferré Etudes et Propos.

Voici ce poème

Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :
 » Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l’âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

Car j’éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d’un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l’espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

J’allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L’huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l’éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! « 

Voir aussi l’ intéressant commentaire sur le vin chez Baudelaire, par un professeur de lettres, Michel Balmont.

 

la plus longue bûche de Noël

Nous l’annoncions il y a quelques jours , notre confrère et ami Marcel Fraudet

marcel

3toques

a réussi avec ses compagnons de l’ordre culinaire international le pari (au profit des enfants de coeur ) de réaliser un nouveau record Guiness de la plus longue bûche de Noël : 207,80m si nous avons bien entendu !

laplusgrande

ce mercredi 1er décembre 2010 les tours de la Défense en sont restées comme deux ronds de flanc

longuebuche

Il a fallu pour celà 2600 oeufs, 150 kilos de beurre et l’huile de coude d’une vingtaine de tâcherons qui malgré le froid ont accompli cet exploit.

Champagne !

champagne