les beaux-arts au carrousel du louvre

Le salon 2009 de la société nationale des beaux-arts se tient ces jours-ci au Carrousel du Louvre.

(C’est jusqu’au dimanche 13 décembre, 20 h : pas de temps à perdre !)

Des centaines de toiles du monde entier, de tous les styles, parmi lesquelles nous avons remarqué

cet « ariane et bacchus » d’alain brugnot

arianetbacchus

(on sait (? ) qu’Ariane suivit celui-ci après avoir été abandonnée par Thésée dans des circonstances controversées..)

cette vigne en hiver à coquiau, d’odette delmas

vigneacoquiau

ces vendanges naïves de michele gaubour

 

vendangesmichelegaubour

vendangesdetail

voici un tableau sans titre de jacques borzycki, peintre installé à Burlat dans le Tarn, dont on pourra trouver d’autres oeuvres sur le thème du vin

borzycki

 

les bouteiles vertes de constantin kouzminikh

bouteillesverteskouzminikh

le poeme d’automne de yue cuying

poemedautomneyue

les cristaux de l’hyperréaliste paco yuste demontreal

cristauxyuste

et cette sculpture du turc kemal uludag: bouteilles ou êtres humains ?

sculptureuludag

l’ivrogne

Voici une très belle chanson de Jacques Brel qui date de 1961 (album Marieke), poignante, un peu oubliée peut-être. Cet ivrogne-là a le mal d’amour, il boit à celle qui lui a tordu le coeur….

Réécoutons-la !

Ami remplis mon verre
Encore un et je vas
Encore un et je vais
Non je ne pleure pas
Je chante et je suis gai
Mais j’ai mal d’être moi
Ami remplis mon verre
Ami remplis mon verre

Buvons à ta santé
Toi qui sais si bien dire
Que tout peut s’arranger
Qu’elle va revenir
Tant pis si tu es menteur
Tavernier sans tendresse
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans tristesse

Buvons à la santé
Des amis et des rires
Que je vais retrouver
Qui vont me revenir
Tant pis si ces seigneurs
Me laissent à terre
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans colère

Ami remplis mon verre
Encore un et je vas
Encore un et je vais
Non je ne pleure pas
Je chante et je suis gai
Mais j’ai mal d’être moi
Ami remplis mon verre
Ami remplis mon verre

Buvons à ma santé
Que l’on boive avec moi
Que l’on vienne danser
Qu’on partage ma joie
Tant pis si les danseurs
Me laissent sous la lune
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans rancune

Buvons aux jeunes filles
Qu’il me reste à aimer
Buvons déjà aux filles
Que je vais faire pleurer
Et tant pis pour les fleurs
Qu’elles me refuseront
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans passion

Ami remplis mon verre
Encore un et je vas
Encore un et je vais
Non je ne pleure pas
Je chante et je suis gai
Mais j’ai mal d’être moi
Ami remplis mon verre
Ami remplis mon verre

Buvons à la putain
Qui m’a tordu le cœur
Buvons à plein chagrin
Buvons à pleines pleurs
Et tant pis pour les pleurs
Qui me pleuvent ce soir
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans mémoire

Buvons nuit après nuit
Puisque je serai trop laid
Pour la moindre Sylvie
Pour le moindre regret
Buvons puisqu’il est l’heure
Buvons rien que pour boire
Je serai bien dans une heure
Je serai sans espoir

Ami remplis mon verre
Encore un et je vas
Encore un et je vais
Non je ne pleure pas
Je chante et je suis gai
Tout s’arrange déjà
Ami remplis mon verre
Ami remplis mon verre
Ami remplis mon verre

Don Quichotte à Dulcinée

Le héros fondateur de la littérature espagnole a inspiré Maurice Ravel qui composa en 1932 « Don Quichotte à Dulcinée », un ensemble de 3 chansons : romanesque, épique, et.. à boire (paroles de Paul Morand), presqu’un hymne à la joie !

Il nous fut donné de l’écouter ce dimanche :

Foin du bâtard, illustre Dame,

Qui pour me perdre à vos doux yeux

Dit que l’amour et le vin vieux

Mettent en deuil mon cœur, mon âme !

Je bois à la joie !

La joie est le seul but

Où je vais droit…

Lorsque j’ai bu !

A la joie, à la joie !

Je bois à la joie !

Foin du jaloux, brune maîtresse,

Qui geint, qui pleure et fait serment

D’être toujours ce pâle amant

Qui met de l’eau dans son ivresse !

Je bois à la joie !

La joie est le seul but

Où je vais droit…

Lorsque j’ai bu !

A la joie! A la joie !

Je bois à la joie !

En voici une interprétation par le baryton Andrew Garland

Et pour ceux qui voudraient tout entendre, voici une version historique avec Gérard Souzay.

C’est l’occasion d’honorer aussi Francis Poulenc qui composa dix ans plus tôt (1922) sa « chanson à boire« ,

Les rois d’Egypte et de Syrie,
Voulaient qu’on embaumât leurs corps,
Pour durer plus longtemps morts.
Quelle folie!

Buvons donc selon notre envie,
Il faut boire et reboire encore.
Buvons donc toute notre vie,
Embaumons-nous avant la mort.

Embaumons-nous;
Que ce baume est doux. 

 

l’archange

Voici une galerie de la place des Vosges qui présente les oeuvres de quelques peintres épris de vin, manifestement.

Dmitri Annenkov , un russe né en 1965, doit pouvoir être qualifié d’hyperréaliste.

buteilletverresdannenkov

bouteillesetverresdannenkov

bouteillesdannenkov

des bouteilles comme celle-là, il en a peint des dizaines que l’on peut trouver là.

Voici un autre échantillon du savoir-faire d’Annenkov

versoir

bouteilleenveloppée

compositiondannenkov

Tout celà laisse un peu pantois. Au delà du tour de force technique, on peut s’interroger sur les motivations de l’artiste.

En tout cas ces oeuvres atteignent un niveau de prix conséquent (plusieurs milliers d’euro).

D’autant que ce n’est pas le seul. Voici Patrick Lodwitz, vosgien né en 1953.

bouchonslodwitz

tirebouchonlodwitz

Reza Sarrafi, iranien né en 1963

vinfromagesarrafi

Evgueny Vypov, russe de Iaroslav, né en 1967

verretperroquetvypov

verrevypov

 

 

le vin, boisson hygiénique ?

Vaste débat.

Louis Pasteur l’a dit, « le vin est la plus saine et la plus hygiénique des boissons« .

franceroutierepasteur

 

Bien sûr, si l’on pense à la difficulté de se procurer de l’eau potable aux temps anciens, et sans abus sans doute.

Voir le débat sur le blog Il y a un siècle , ou sur celui des anciens de l’école hôtelière et de tourisme de Nice où nous avons trouvé l’illustration ci-dessus.

On y apprend que Pasteur avait rajouté : « Malheureusement les propriétés hygiéniques du vin, on ne saurait le dissimuler, sont altérées par une augentation de son élément alcoolique. Plus un vin est riche en alcool, plus il s’éloigne des qualités requises”. Et qu’il était co-fondateur de la Ligue anti-alcoolique en 1872.

Il y a un peu plus d’un siècle, justement, un petit village de France, Morogues , s’est illustré dans ce registre. Voici ce qu’il délibéra à l’unanimité le 7 novembre 1907 :

delibmorogues

En bref, pour ceux qui auraient du mal à déchiffrer ce document d’époque, « l’alcoolisme n’existait pas à Morogues » où l’on ne consommait qu’une « boisson hygiénique », et « il n’y avait pas lieu de prendre des mesures coercitives » ; malin et discipliné, on fixa à 20 mètres (sic) l’éloignement minimum d’un débit de boisson des lieux protégés par la loi du 17 juillet 1880.

Morogues, qui est sur l’appellation Menetou-Salon, a célébré le 7 novembre 2007 cette délibération par un Conseil Municipal « extraordinaire », qui décida d’approuver la délibération séculaire.

On trouvera plus d’information sur cet évènement ici et .

Les personnes intéressées pourront consulter l’analyse détaillée faite par Olivier Ménard dans son mémoire de DEA au Centre de Recherches en Histoire de l’Université de  Rennes 1. On y apprend que les maires ne se sont pas pressés pour prendre des décisions sur la protection des écoles, lieux de culte et autres cimetières, et que la distance toute symbolique de 20 mètres n’était pas rare !

On y découvre aussi cette citation d’un sous-préfet de Loire-Inférieure (1916 )

« Dans son ciel gris l’alcool est pour le Breton un peu ce qu’est le soleil pour le méridional »

Barril de bière

Une fois n’est pas coutume, le bon clos va s’intéresser à la bière. Ne la fait-on pas avec la « vigne du Nord », dite aussi « couleuvrée » ou plus couramment houblon (Humulus lupulus)  ?

Cette « vigne » ne pousse pas qu’au Nord d’ailleurs si l’on en croit la carte de sa culture en France que présente « à fleur de peau  »

cartehoublon

Cela nous donne l’occasion d’enrichir notre collection de chansons à boire avec un grand standard, le fameux beer barrel polka, dont voici les paroles

Beer Barrel Polka

There’s a garden, what a garden
Only happy faces bloom there
And there’s never any room there
For a worry or a gloom there

 

Oh there’s music and there’s dancing
And a lot of sweet romancing
When they play the polka
They all get in the swing

 

Every time they hear that oom-pa-pa
Everybody feels so tra-la-la
They want to throw their cares away
They all go lah-de-ah-de-ay

 

Then they hear a rumble on the floor, the floor
It’s a big surprise they’re waiting for
And all the couples form a ring
For miles around you’ll hear them sing…

 

Roll out the barrel, we’ll have a barrel of fun
Roll out the barrel, we’ve got the blues on the run
Zing boom tararrel, ring out a song of good cheer
Now’s the time to roll the barrel, for the gang’s all here

 

Da-da-da-da, da-da-da-da, da-da-da-da-da-da-da-da

 

Then they hear a rumble on the floor-or-or-or
It’s a big surprise they’re waiting for
And all the couples they form a ring
For miles around you’ll hear them sing

 

Zing do da do ding do da-do-do-day

 

—– instrumental break —–

 

Roll it out, roll it out, roll out the barrel
Dump-dump-da da-da da-dat en da-da-da-da-da
Sing a song of good cheer
‘Cause the whole gang is here
Roll it out, roll it out
Let’s do the beer barrel polka

Ecoutons les Andrews Sisters qui l’ont chantée à la fin des années trente

Et rendons hommage à son créateur tchèque, Jaromir Vejvoda,

peinturevejvoda

qui composa en 1927 ce qui s’appelera dans son pays « Skoda Lasky » une fois écrites les paroles de Vasek Zeman en 1934 et deviendra la chanson tchèque la plus célèbre au monde

skodalaskyvejvoda

affiche



Laurence O’Dwyer nous en raconte l’histoire

Très populaire pendant la WW2, elle aurait aidé les américains à gagner la guerre (dixit Ike)…

En Allemagne c’est Rosamunde, en France Frida Oum Papa …que chanta  Annie Cordy en 1975

En Bavière
Mon grand-père
Etait un brasseur de bière
Quand j’suis née en Bavière
J’fus baptisée à la bière
Ma nourrice
Sans malice
Me gavait de grosses saucisses
Elle voulait que je grandisse
J’ai grandi et me voilà

 

Avec ma petite plume et mon chapeau
Mes grandes nattes et ma culotte de peau
Dans les tavernes de Munich
Dès que j’arrive, c’est la panique. ja wohl

 

On me fait grimper sur un tonneau
Et je chante comme un petit oiseau
Un grand pichet dans chaque main
On chante, on danse jusqu’au matin

 

Ein, zwei, prozitt, ein, zwei, prozitt
Lala lalala. Je suis Frida oum Papa
Lala lalala. La petite gretchen aux gros bras, ein, zwei
Lala lalala. C’est moi fraülein oum Papa
Venez donc trinquer avec moi
Frida oum Papa

 

Lala lalala. Ich bin Fraülein oum Papa
Lala lalala. La petite gretchen aux gros bras ein, zwei, drei
Lala lalala. C’est moi fraülein oum Papa
Venez donc trinquer avec moi
Frida oum Papapi papapa

Nous ne résistons pas au plaisir de présenter aux lecteurs du bon clos quelques unes des versions disponibles sur Internet

Une version tchèque bien sûr

Une version instrumentale, avec fabrizio chiarenza à l’accordéon

Une version basque, Gora ta gora beti

L’histoire ne s’arrête pas là grâce à la créativité d’IAM et des supporters de l’OM qui ont repris le refrain avec des paroles bien à eux, à découvrir (instructif) 

plaque

plaque apposée sur les murs du restaurant Skoda Lasky, à Zbraslav près de Prague