Vin grec

Etrange destin que cette mélodie empruntée à l’Aviron Bayonnais par la Fédération Française de rugby pour être l’hymne des supporters de l’Equipe de France…

Son nom espagnol est « vino griego », mais en Autriche où Udo Jürgens la chanta dès 1974, c’est le « griechischer wein ».

Ses paroles, dûes à Michael Kunze, évoquent la nostalgie qu’ont les exilés de leur pays natal, et qu’un verre de vin permet d’évoquer.

Si l’on en croit une biarotte prénommée Corinne , ce serait l’hymne d’un village portugais qui aurait été recueilli par des touristes.

Pour notre bonheur car cette musique est magnifique.

La voici, dans sa version autrichienne, espagnole, portugaise , bayonnaise, bayonnaise façon ska.

Et voici une traduction libre de vino griego :

Il était tard la nuit tombait sur la grande cité
En rentrant chez moi je vis un bar éclairé
Il faisait froid et sans hésiter j’y entrai
Soudain je me suis senti comme un étranger
Tous ces gens, et cette musique nouvelle pour moi
Un viel homme s’approcha de moi et me parla

Refrain
Viens partager le vin grec du pays où je suis né
Ce vin rouge qui me fera me souvenir
Du blanc village que j’ai laissé sur l’autre rive

Viens partager ce vin grec et je te chanterai
Les chants anciens qui nous font toujours rêver
Au jour où nous retrouverons notre foyer


Ils me parlèrent du jour où ils durent s’en aller
Comment parents, frères, et fiancées sont restés
Et avec eux les coeurs de ceux qui sont partis
Peut-être un jour si la fortune veut leur sourire
Très vite alors ils pourront oublier l’exil
Et retourner au blanc village dans leur foyer

Ref

3 commentaires sur “Vin grec

  1. Sylvie PULLES ,accordéonniste aveyronaise, a repris cet air dans un DVD sur le folklore et cet air est joué régulièrement dans les thé dansant de ma région du forez sous le nom erroné de « sirtaki »

    J'aime

  2. L’air composé en 20 mn en 1972 lors d’un séjour en Crète (Grèce) par le chanteur germano -autrichien Udo Jürgens, ne sera mis en paroles que deux ans plus tard exprimant la nostalgie pour leur pays des travailleurs grecs immigrés dans la Ruhr allemande . Il connaîtra alors une carrière internationale non seulement dans les pays germaniques, mais aussi (mais pas que) au Brésil , Espagne etc.. etc.. C’est dans sa version hispanique qu’il pénètrera dans notre sud ouest en étant réapproprié et munis de nouvelles paroles à la gloire du club de rugby de l’Aviron bayonnais. Il est devenu un chant emblématique du folklore rugbystique comme du folklore néo-gascon et néo-basque. Pour tout cela on peut dire qu’il est parfaitement EUROPEEN.

    J'aime

Répondre à Isabelle Zutter | au bon clos Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s